mardi 27 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les acides gras trans doivent être bannis de notre alimentation

En Angleterre, la Faculté de Santé Publique et la Société Royale pour la Santé Publique appellent à l’élimination pure et simple des acides gras trans de l’alimentation avant l’année prochaine. L’objectif est simple, sauver des vies : ”il a été prouvé que les acides gras trans d’origine industrielle altèrent la santé, il n’y a pas de niveau minimal de consommation qui soit sans danger”, écrivent ces deux organismes influents. Conjointement, le New England Journal of Medicine, la grande revue médicale américaine publie un article qui réclame exactement la même chose. Pourtant, l’Europe et la France sont paralysées (par les lobbys?) et ne bougent pas. L’enjeux de santé publique est majeur.

Les acides gras trans sont synthétisés par l’hydrolyse incomplète des huiles, permettant de convertir des acides gras cis (cis représentant leur conformation spatiale), en acide gras trans. Un taux élevé d’acides gras trans apporte des propriétés chimiques et physiques attirante pour un industriel, en particulier la création de graisse solide ou semi-solide à très bas coût. Ce procédé détruit les acides gras oméga-3 et empêche la graisse de devenir rance, accroit sa durée de conservation et optimise les possibilité de fritures.

Ces acides gras trans d’origine animale sont rares et les plantes ne synthétisent que des acides gras cis. Les acides gras trans d’origine animale sont retrouvés dans la viande de boeuf, le lait de vache, le mouton, et le porc. Ils sont formés à partir de la flore bactérienne intestinale. Les acides gras trans d’origine animale sont consommés en très faible quantité mais n’ont aucun effet négatif sur la santé, du fait d’une conformation particulière.

Les acides gras trans, d’origine industrielle se retrouvent dans les pâtisseries industrielles, les aliments frits, les snacks, les margarines…etc. La consommation d’acide gras trans peut être encore plus importante dans les aliments cuits à la maison et chez les vendeurs de rue, en particulier parmi les populations les plus pauvres, parce que les graisses partiellement hydrogénées sont beaucoup moins chères.

La consommation d’acides gras trans augmente le cholestérol LDL athérogène (encore appellé le mauvais cholestérol), et les triglycérides, réduit le niveau du cholestérol HDL (appelé le bon cholestérol), et même à des taux de consommation faibles, augmente significativement le risque de maladie coronaire, augmentant la mortalité d’origine cardiaque et les infarctus du myocarde Les acides gras trans stimulent le système inflammatoire, la dysfonction endothéliale, l’insulino-résistance, augmente la graisse viscérale, les arythmies cardiaques et le risque de diabète.

Depuis que le Canada et les Etats-Unis ont obligé les industriels à étiquetter spécifiquement leurs produits contenant des acides gras trans, ces mêmes industriels ont soit réduit, soit complètement retiré les acides gras trans de la composition de leurs productions. A New York, le vote d’une loi a été nécessaire et a réussi à complètement éliminer tout acide gras trans de l’alimentation.

Les opposants ont prétendu que remplacer les acides gras trans augmenterait la quantité d’acides gras saturés. L’article du NEJM répond à cette assertion. Les scientifiques ont identifié 83 produits vendus en supermarché et ont retrouvé, après reformulaton des produits, que non seulement la quantité d’acides gras trans avaient été considérablement réduite mais également que la quantité totale des acides gras trans et des acides gras saturés, avait été réduite de 90% dans les produits vendus en supermarchés, et de 96% dans les produits vendus au restaurant.

Les acides gras trans ne font pas partie de l’alimentation normale des êtres humain; c’est un produit inventé par des industriels pour vendre moins cher et produire plus. Pourtant, avec les nouvelles alternatives dont disposent les industriels, la différence de prix avec des graisses moins nocives pour l’homme a été considérablement réduit. L’élimination des acides gras trans de l’alimentation permettra d’obtenir une réduction massive et rapide des pathologies cardiovasculaires. Alors que leur consommation actuelle représente entre 2% et 4% des apports nutritifs journaliers, une simple réduction de 1% éviterait 11 000 infarctus et 7000 décès par an dans un pays comme l’angleterre.

Alors que des bénéfices aussi importants et rapides pourraient être obtenus en France, le ministère de la santé n’agit pas pour protéger, ou même informer la population de ce risque. Roselyne Bachelot-Narquin vient pourtant de faire part à la presse des mesures du PNNS, le Programme Nationale Nutrition Santé, dont le premier objectif revendiqué est de “informer et orienter les Français vers des choix nutritionnels indispensables pour assurer une bonne santé”, ce rapport ne contient pas un mot sur la dangerosité scientifiquement établie et reconnue par de nombreux états des acides gras trans et ne prévoit rien pour les bannir de l’alimentation.

Source

Food Reformulations to Reduce Trans Fatty Acids
Dariush Mozaffarian, Michael F. Jacobson
New england Journal of Medicine, volume 362, nu,ber 21, pages :2037-2039

Removing industrial trans fat from foods, A simple policy that will save lives
Dariush Mozaffarian, Meir J Stampfer
BMJ 2010;340:c1826

Programme National Nutrition Santé : bilan et mesures
Ministère de la santé

Crédit Photo Creative Commons sara.musico

Articles sur le même sujet