dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le traitement d’un accident vasculaire cérébral doit être précoce

L’accident vasculaire cerebral est une ischémie du cerveau réalisé par le blocage d’un caillot dans une artère du cerveau. Pour dégager le caillot, une thrombolyse, c’est à dire l’injection d’un produit capable de le dissoudre, est souvent pratiquée. En fait, une nouvelle étude a recherché le meilleur timing pour la thrombolyse soit la plus profitable possible au patient.

Les résultats montrent que les patients qui recoivent cette thrombolyse dans l’heure et demi suivant le début des signes cliniques (paralysie, hémiplégie…), ne conserveront que peu ou pas du tout de séquelles de l’AVC.

En revanche, le bénéfice de ce traitement par thrombolyse disparait si il est pratiqué 4h30 après le début des signes cliniques. L’effet secondaire à redouter avec la thrombolyse est un hémorragie cérébrale. Plus le délai de la thrombolyse est allongé, plus ce risque d’hémorragie augmente. Dans cette étude, les patients qui recevaient uen thrombolyse entre 4h30 et 6 heure après les premiers signes cliniques, mourraient même plus que ceux qui ne la recevaient pas.

Le traitement d’un accident vasculaire cérébral est une urgence thérapeutique. Le traitement administé à temps peut éviter la paralysie, ou l’hémiplégie définitive, qui nécessitera des mois de rééducation. Les patients à risque d’accident vasculaire cérébral devraient donc apprendre à reconnaître les premiers signes afin que la thrombolyse puisse être administrée le plus tôt possible.

Source

Time to treatment with intravenous alteplase and outcome in stroke: an updated pooled analysis of ECASS, ATLANTIS, NINDS, and EPITHET trials
Kennedy R Lees, Erich Bluhmki,  Rüdiger von Kummer, Thomas G Brott, Danilo Toni, James C Grotta, Gregory W Albers, Markku Kaste, John R Marler, Scott A Hamilton, Barbara C Tilley, Stephen M Davis k, Geoffrey A Donnan, Werner Hacke
Lancet 2010; 375: 1695-703

Crédit Photo Creative Commons by dierk schaefer

Articles sur le même sujet