samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le pesticide chlordécone massivement utilisé aux Antilles, est bien responsable de cancers de la prostate

Une étude épidémiologique menée par l’INSERM de Guadeloupe confirme qu’un pesticide largement utilisé dans les bananeraies aux Antilles, le chlordécone, provoque des cancers de la prostate. C’est presque une nouvelle affaire comparable à celle du sang contaminé qui est donc mise à jour, après avoir longtemps été niée.

Qu’est-ce que le chlordécone? C’est un pesticide organochloré de la famille du DDT. Il a une action oestrogénique et rejoint en cela la liste des disrupteurs endocriniens. Dès 1976, ce pesticide est interdit aux Etats-Unis après que des ouvriers travaillant dans une usine, à sa production, aient été victimes de problèmes neurologiques à type de tremblements, de troubles de la vision, de maux de tête. Des effets toxiques sur le foie ont été observés, ainsi qu’une action négative sur la spermatogenèse.

Pourtant en France, le produit reste utilisé envers et contre tout. Il faudra attendre 1990 pour qu’il soit enfin interdit en France métropolitaine. Mais en Guadeloupe et en Martinique, son épandage continue officiellement jusqu’en 1993 grâce à des dérogations demandées par des députés. Des dizaines de rapports avaient pourtant montré sa toxicité et sa dangerosité. Une fois épandu dans le but de détruire les charançons, il contamine l’eau et les sols, touchant ainsi les poissons et les légumes qui à leur tour contaminent les hommes. En octobre 2002, 1,5 tonnes de patates douces importées de la Martinique sont saisies sur le port de Dunkerque, en raison d’une forte teneur en chlordécone. En fait, son utilisation s’est poursuivie jusqu’en 2005. L’ensemble de l’écosystème antillais est dorénavant contaminé et ce pour une durée de 600 ans par des doses 100 fois supérieures à la norme autorisée. Aucun ministre de la santé ne s’est jamais soucié des conséquences sur la santé humaine de son utilisation massive. Ce n’est qu’en 2005, que la polémique explose enfin en France métropolitaine grâce à l’action du député martiniquais Philippe Edmond-Mariette. Le dernier rapport parlementaire sur les pesticides, ne citait lui qu’un effet potentiel sur la spermatogénèse (voir articles Docbuzz)

En 2009, une étude publiée par M Landau-Ossondo du centre hospitalier de Fort de France mettait en cause le chlordécone dans la survenue de cancers de la prostate et du sein dans la population locale. En Martinique, le cancer de la prostate est 2 fois plus fréquent qu’en France métropolitaine. L’auteur réclamait la mise en place rapide de mesures de prévention pour stopper “l’épidémie” de cancer touchant la Martinique. Il réclamait des mesures drastiques pour protéger les foetus et les enfants des conséquences désastreuses des pesticides.

Pour confirmer le rôle du chlordécone, les scientifqiues de l’INSERM ont  comparé 623 hommes souffrant d’un cancer de la prostate et 671 hommes n’en souffrant pas. Ils ont évalué l’exposition aux pesticides en mesurant la concentration du pesticide dans leur sang ou le nombre d’année pendant lesquels ils y avaient été exposés.

Chez ceux dont le concentration sanguine de chlordécone est la plus élevé, le risque de cancer de la prostate est effectivement augmenté de 77% et de 73% pour ceux exposés le plus longtemps au pesticide. Les chercheurs expliquent que cette augmentation de risque est statistiquement significative lorsque les concentrations sanguines en chlordécone sont supérieures à 1 μg/L.

Quelles seront les mesures que mettront en place le ministre de la santé, Madame Bachelot-Narquin? Qui pourrait être inquiété pour avoir ainsi joué avec la santé humaine?

Un livre a été publié sur le sujet : “Chronique d’un empoisonnement annoncé“, écrit par Louis Boutrin & Raphaël Confiant disponible aux Éditions L’Harmattan.

Source

Chlordecone Exposure and Risk of Prostate Cancer
Luc Multigner, Jean Rodrigue Ndong, Arnaud Giusti, Marc Romana, Helene Delacroix-Maillard, Sylvaine Cordier, Bernard Jégou, Jean Pierre Thome, Pascal Blanchet
JCO Early Release, published online ahead of print Jun 21 2010
Journal of Clinical Oncology, 10.1200/JCO.2009.27.2153

Why pesticides could be  a common cause of prostate and breast cancer in the french Carribean Island, Martinique. An overview on key mechanisms of pesticide-induced cance
Landau-Ossondo M, Rabia N, Jos-Pelage J, Marquet LM, Isidore Y, Saint-Aimé C, Martin M, Irigaray P, Belpomme D; ARTAC international research group on pesticides
Biomed Pharmacother. 2009 Jul;63(6):383-95. Epub 2009 Jun 12

Crédit Photo Creative Commons by cap21photo

Articles sur le même sujet