samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

La Société Européenne de Cardiologie recommande à son tour de bannir les acides gras saturés de l’alimentation

La Société Européenne de Cardiologie (SEC) reprend à son compte le document écrit par le National Institut for Health (NIH) anglais dont l’objectif est de faire des recommandations pour réduire le nombre de maladies cardiovasculaires en Europe.

“C’est un document extrèmement fort qui souligne clairement les bénéfices que pourraient apporter des textes législatifs protégeant la qualité de l’alimentation. Ce rapport apporte des information facilement lisibles et accessibles que les hommes politiques peuvent utiliser pour agir” a déclaré le porte-parole de la Société Européenne de Cardiologie, Lars Rydén, du Karolinska Institute (Sweden).

Les demandes formulées par le NIH et reprises par le SEC pour améliorer la qualité de l’alimentation en Europe et réduire les maladies cardiovasculaires sont les suivantes :

  • Réduire la quantité de sel quotidienne à 3 grammes par jour et par adultes au lieu de 6 grammes par jour aujourd’hui. Cet objectif pourrait éviter 14000 à 20 000 décès par an en Angleterre, un pays de 60 millions d’habitants, le même bénéfice pourrait être obtenu en France. Pour atteindre cet objectif de réduction de 50% des apports de sel, il faudrait légiférer sur l’ajout de sel dans toutes les préparations alimentaires industrielles, source de 70% à 90% des apports sodés quotidiens.
  • Réduire les apports en acides gras saturés de 14% à 7% des apports énergétiques quotidiens préviendrait 30 000 décès annuels.
  • Bannir les acides gras hydrogénés encore appelés acides gras trans de l’alimentation (comme cela a été fait totalement au Danemark) sauverait 4 500 à 7000 vies annuellement.

Ainsi avec seulement 3 mesures simples, ce seraient plus de 50 000 vies qui pourraient être sauvées pour une population de 60 millions d’habitants, soit plus de 370 000 vies qui pourraient être sauvées en Europe.

Nous n’avons plus qu’à attendre que les politiques, ministre de la santé en tête, s’attaquent à ce dossier qu’ils ont toujours tenté de traiter “amicalement” sans succès pour l’instant. Sauver de milliers de vies serait également bon pour les comptes de la sécurité sociale.

Source

“NICE” population approach, a model for European cardiovascular prevention?

Embargoed for release: Tuesday 22 June 2010 00:01 GMT

Crédit Photo Creative Commons by Mykl Roventine

Articles sur le même sujet