dimanche 25 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Lancer un programme de détection du cancer de la prostate permet de réduire par 2 la mortalité

Une étude suédoise publiée dans la grande revue Anglaise, The Lancet démontre que lancer un programme de détection du cancer de la prostate chez les hommes de 50 à 65 ans, à l’image de ce qui est fait pour le cancer du sein chez la femme, permet d’en réduire la mortalité de moitié.

Ce programme n’existe toujours pas en France où le cancer de la prostate est le plus fréquent des cancers de l’homme de plus de 50 ans et représente après le cancer des poumons, la deuxième cause de décès par cancer chez l’homme. Sa fréquence augmente avec l’âge. 134 décès pour 100 000 hommes dans la tranche 50-69 ans et 727 décès pour 100 000 hommes dans la tranche des 70 ans). La mortalité a augmenté de 23% sur les 20 dernières années et représente plus de 9000 décès.

En 1994, les scientifiques Suédois ont recruté 20 000 hommes nés entre 1930 et 1944. Par tirage au sort, une moitié à été invitée à suivre un programme de détection du cancer de la prostate consistant en un dosage de PSA tous les deux ans, un marqueur tumoral bien connu du cancer de la prostate.  Les hommes dont le taux de PSA se révélait élevé bénéficiaient d’investigations plus poussées à la recherche d’un cancer de la prostate tel qu’un examen clinique de la prostate et une biospsie. L’autres moitié ne bénéficiant pas de ce suivi particulier.

76% des hommes du programme de détection ont suivi le test au moins une fois. Au bout de 14 années de suivi en moyenne, un cancer de la prostate a été diagnostiqué chez 1138 hommes appartenant au groupe de détection et chez 718 hommes faisant partie de groupe sans programme de détection, soit une incidence respectivement de 12,3% et de 8,2%. Le taux de mortalité par cancer de la prostate a été de 0,4% dans le groupe détection et de 0,9% dans le groupe sans détection, soit une baisse de la mortalité de 44% pour ceux qui ont suivi le programme de détection.

Ainsi la mortalité par le cancer de la prostate peut être réduite de moitié en seulement 14 ans de suivi. Le bénéfice en terme de vies sauvées est supérieur à un programme de détection du cancer du sein.

Un tel programme de détection en France pourraient donc épargner 4500 vies par an si le ministère de la santé se décidait enfin à le lancer, ce qu’il s’est pour l’instant toujours refusé à faire par risque d’un nombre accru de faux positif, c’est à dire de prostate jugée cancéreuse sans qu’elle le soit vraiment. Le test est facilement prescrit par un médecin généraliste. Il consiste en une simple prise de sang avec dosage du PSA.

Source

Mortality results from the Göteborg randomised population-based prostate-cancer screening trial
Jonas Hugosson, Sigrid Carlsson, Gunnar Aus, Svante Bergdahl, Ali Khatami, Pär Lodding , Carl-Gustaf Pihl, Johan Stranne, Erik Holmberg, Hans Lilja
The Lancet Oncology, Early Online Publication, 1 July 2010

Crédit Photo Creative Commons by caravinagre

Articles sur le même sujet