jeudi 29 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

La peste de retour en Birmanie (Myanmar)

Le ministre de la santé de Birmanie a lancé une alerte à la peste après que des rats aient été retrouvés morts de la peste dans des bâtiments officiels.

Une demi-douzaine de rodeurs morts ont effectivement été retrouvés dans la nouvelle capitale du pays, Naypyitaw. L’alerte demande aux autres ministères de fouiller les bâtiments à la recherche d’autres cadavres d’animaux, demandant aux fonctionnaires de rapporter immédiatement d’éventuels cas au ministère de la santé.

Des villageois et des automobilistes ont rapporté avoir aperçu des milliers de rats en déplacement sur les autoroutes dont beaucoup ont été écrasés, indiquant une migration de masse en dehors de la zone infectée. Un  journal Thaïlandais, Irrawaddy magazine, a publié l’information selon laquelle un nombre non déterminé d’habitants de Rangoon, l’ancienne capitale, ont été atteint de peste au cours du mois en juin. Aucun ne serait décédé grâce à la mise en place d’un traitement rapide. Un journal de Rangoon a publié le premier juillet 2010 une information expliquant les dangers de la peste bubonique, appelant les citoyens à la vigilance et à rapporter toute infection au ministère de la santé.

Selon un fonctionnaire de ministère de la Santé de Naypyidaw. «L’éradication de Rat est secrètement en cours dans différents départements, dit-il. Un fonctionnaire de l'[Yangon] Comité municipal a dit qu’il avait formé des équipes spéciales pour l’éradication de rat et a tué des dizaines de milliers de rats sur une base quotidienne.

La peste est liée à une infection bactérienne par Yersinia pestis, bactérie d’une extrême virulence, qui infecte l’homme soit par les piqures de puces (transportées par les rats) soit par voie pulmonaire. La maladie revêt donc deux formes, la peste bubonique liée à la piqûre de puce et la peste pulmonaire, transmise par voie aérienne. La peste bubonique, la plus fréquente, est caractérisée, après une incubation de quelques jours, par une forte fièvre, une altération de l’état général, une hypertrophie du ganglion lymphatique proche de piqûre infectante qui crée un bubon. A ce stade, le bubon suppure dans 20 à 40% des cas, et le malade guérit ou la maladie évolue vers une infection généralisée mortelle. La peste pulmonaire est systématiquement mortelle en 3 jours saut en cas de traitement précoce. plusieurs antibiotiques sont efficaces contre Yersinia pestis, la streptomycine, le chloramphenicol,  les tétracyclines ou les fluoroquinolones.

Source

International Society for Infectious Disease
07 Juillet 2010

Articles sur le même sujet