lundi 26 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Un taux faible de vitamine D conduit à un déclin cognitif

Un taux faible de vitamine D est impliqué dorénavant dans nombre de pathologies. L’importance d’un taux élevé de vitamine D grandit étude après étude. Son association avec la survenue ultérieure de troubles cognitifs avait été suggérée par plusieurs études. Une véritable étude prospective manquait encore. C’est chose faite avec le travail du groupe de santé publique et d’épidémiologie de l’université d’Exeter en Angleterre.

Ce type d’étude est assez long puisqu’il dure des années mais simple. 858 adultes d’au moins 65 ans ont été suivi de 1998 à 2006. En plus d’évaluer leur taux de vitamine D (25-hydroxyvitamine D), les participants bénéficiaient d’une évaluation de leurs fonctions cognitives tous les 3 ans, c’est à dire au début de l’étude, 3 ans après, et 6 ans après.

Ceux qui avaient un taux de vitamine D inférieur à 25 nmol/L, un taux largement insuffisant selon les auteurs avaient un risque de déclin de leurs capacités cognitives augmentées de 60% par rapport à ceux ayant au début de l’étude un taux supérieur à 75 nmol/L, c’est à dire un taux jugé suffisant par les auteurs.

Les auteurs peuvent donc aujourd’hui affirmer qu’un taux bas de vitamine D facilite le déclin cognitif. Encore une raison de surveiller son taux de vitamine D? Il faudra cependant montrer que supplémenter les patients ayant un taux bas de vitamine D, permet de réduire ce risque de déclin cognitif.

Source

Vitamin D and Risk of Cognitive Decline in Elderly Persons
David J. Llewellyn, PhD; Iain A. Lang, PhD; Kenneth M. Langa, MD, PhD; Graciela Muniz-Terrera, PhD; Caroline L. Phillips, MS; Antonio Cherubini, MD; Luigi Ferrucci, MD, PhD; David Melzer, PhD
Arch Intern Med. 2010;170(13):1135-1141. doi:10.1001/archinternmed.2010.173

Crédit Photo creative Commons by Pieter Musterd

Articles sur le même sujet