lundi 5 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les PFCs pourraient être impliqués dans le syndrome d’hyperactivité et d’inattention de l’enfant

Une équipe de l’université de Médecine Boston (Massachusetts) a mis en évidence un lien entre l’utilisation de produits de consommation courante contenant des perfluorocarbures (hydrocarbures perfluorés) , communément appellés PFCs, et la survenue du syndrome d’hyperactivité et d’inattention de l’enfant. La fréquence du syndrome est d’autant plus élevée que le taux de PFC mesuré chez les enfants est aussi plus élevé. Les auteurs ont cherché à retrouver ce lien car de études menées chez l’animal avaient montré une action  neurotoxiques des PFCs et que l’exposition à  ces produits chimiques touche dorénavant l’ensemble de la population.  En 2003 une étude menée aux Etats-Unis chez plus de 2000 personnes révèlait effectivement que plus de 98% avaient des taux détectables de PFC dans le sang. Une fois ingérée, du fait de leur grande stabilité, les PFC persistent pendant des années dans l’organisme

Les médecins de l’université de Boston ont mesuré les taux de 4 PFCs (PFOA, PFOS, PFNA et PFHxS) chez 586 enfants âgés de 12 à 15 ans. Un syndrome d’hyperactivité et d’inattention existait chez 48 des 571 enfants. Une relation dose-effet a été retrouvé pour chacun des composés avec un risque multiplié par 3 à 12 fois. Les enfants avec un taux de PFNA élevé avait un risque augmenté de 32% d’avoir un syndrome d’hyperactivité et d’inattention.

Les PFC sont des produits chimiques très stables, utilisés dans les produits industriels mais aussi dans des produits courants, par exemple dans la fabrication d’emballages pour la nourriture dans la fabrications de revêtements d’ustensiles ménagers, des nettoyants ménagers…

Certes ce lien retrouvé entre PFCs et syndrome d’hyperactivité et d’inattention de l’enfant ne prouve pas encore une relation de cause à effet. Toutefois, les dosages de PFC ont été realisés au moment du diagnostic du syndrome et celui-ci était retrouvé plus fréquement chez des enfants ayant un taux de PFC élevé.

C’est néanmoins une conséquence supplémentaire qui s’ajoute à la liste déjà bien longue des conséquences sur la santé humaine et sur l’environnement de ces produits chimiques, inventés dans les années 1940 et commercialisés depuis à grande échelle dans le monde.

Source

Exposure to polyfluoroalkyl chemicals and attention deficit hyperactivity disorders in U.S. children aged 12-15 years
Kate Hoffman, Thomas F Webster, Marc G weisskopf, Janice Weinberg, Veronica M Vieira
Environnement Health Perspectives 2010

Crédit Photo Creative Commons by Pink Sherbet Photography

Articles sur le même sujet