mardi 6 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le temps passé en position assise influence la date de notre mort

Une étude menée par les chercheurs de Société américaine de Recherche contre le Cancer démontre que ce n’est pas seulement le niveau d’exercice physique mais aussi le nombre d’heures passées assis qui prédit le risque de mortalité. Le temps passé assis est ainsi indépendamment corrélé à la mortalité.

L’épidémie d’obésité et de surcharge pondérale a pour conséquence de réduire les capacités d’exercice physique. Plusieurs études ont fait le lien entre le temps passé assis et le risque d’obésité, le risque de diabète de type 2, les facteurs de risque de maladies cardiovasculaires, les mauvaises habitudes alimentaires. Aucune etude n’avait jusqu’alors évalué le lien entre le temps passé en position assise et le risque de mortalité.

Pour évaluer l’existence d’un tel lien, les chercheurs ont  analyses des données chez 53 440 hommes et 69 776 femmes, indemnes d’antécedents de cancer, de maladies cardiovasculaires, ou de pathologies respiratoires. Ils ont évalué le temps qu’ils passaient assis et le temps passé à pratiquer une activité physique et l’ont corrélé avec la mortalité au sein du groupe entre 1993 et 2006, soit sur une durée de 13 années.

Ils ont mis en évidence que la mortalité était d’autant plus élevée que le temps passé assis était important, en particulier pour les femmes.

Les femmes qui passaient plus de 6 heures par jour assises avaient une augmentation du risque de mortalité de +37% par rapport à celles qui passaient moins de 3 heures assises par jour.

Cette augmentation, pour des horaires comparables passés assis était de +18% chez les hommes. Etonnament, un niveau d’exercice physique important ne changeait absolument pas ce risque. En revanche, un faible niveau d’exercice physique le renforçait encore. Le risque passait ainsi à +98% d’augmentation du risqué de décès pour les femmes passant plus de 6 heures assises par jour et ayant un niveau d’activité physique faible, et à +48% d’augmentation pour les hommes dans les mêmes conditions.

La position assise prolongée influence le taux de triglycérides, du cholestérol, du glucose sanguin, ainsi que la pression artérielle qui sont tous des marqueurs de pathologies cardiovasculaires.

Il faudrait diffuser l’information selon laquelle le temps passé assis est bien un facteur de risque majeur de mortalité afin de le réduire autant que possible tout en poursuivant l’information du public quant-à l’importance d’une activité physique soutenue.

Source

Leisure time spent sitting in relation to total mortality in a prospective cohort of US adults
Alpa V. Patel, Leslie Bernstein, Anusila Deka, Heather Spencer Feigelson, Peter T. Campbell, Susan M. Gapstur, Graham A. Colditz and Michael J. Thun
American Journal of Epidemiology 2010

Crédit Photo Creative Comons by un singe qui parle

,

Articles sur le même sujet