mardi 27 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le Sénat rend son rapport sur la gestion de la grippe A H1N1 par le gouvernement

Encore un rapport sur la grippe A et rien de bien nouveau presque tout ayant déjà été dit et écrit. En synthèse, les sénateurs nous expliquent que l’OMS se préparait à une pandémie grippale depuis 1999 suite aux premier décès liés au virus H5N1 à Hong Kong. Elle poussera les états à s’y préparer. En France, L’INVS évalue qu’une pandémie grippale pourrait générer 30 millions de malades, provoquer entre 91 000 et 212 000 décès, et entre 0,5 et 1 million d’hospitalisations. Les virus attendus étaient des H5,H7,H9 ou H2 mais pas H1, auquel visiblement aucun expert ne pensait…

La France a constitué un stock d’un milliard de masque chirurgicaux…(saine dépense ? L’Allemagne n’en a pas stocké un seul car leur efficacité face à une infection n’est pas prouvée) ainsi qu’un très large stock d’antirétroviraux. Des contrats avec les fabricants de vaccins ont été signés en dehors de toute pression pandémique et de toute urgence sanitaire…en 2005…mais pour le virus H5N1…

Les sénateurs mettent également le doigts sur certains défauts d’attitude : Les scientifiques et spécialistes de la grippe semblaient presque espérer une pandémie virale, et alors que « très rapidement des éléments de nature rassurante ont été disponibles mais ont été, dans l’ensemble peu repris par les autorités publiques”. En France, dès septembre 2009, l’INSERM écrivait “La létalité de la grippe A(H1N1) apparaît actuellement faible”.

En haut de la pyramide des responsabilités, le rapport cite l’OMS, qui a déclenché le niveau d’alerte pandémique, le niveau 6, puis l’expertise sanitaire française « qui n’a pas su mesurer l’ampleur d’un phénomène bien plus limité que ses évaluations ne le laissaient penser » avec en particulier une expertise publique « qui n’a pas envisagé l’hypothèse selon laquelle le virus A(H1N1) pourrait se révéler moins virulent que celui de la grippe saisonnière », et enfin l’administration publique et certains laboratoires pour la signature de contrats déséquilibrés, sans clauses d’annulation, ni de dates de livraison…Mais comme le fait remarquer le rapport la Pologne a elle refusé de signer des contrats qu’elle avait jugé entachés d’irrégularités, la responsabilité des signataires de notre administration  est donc entière..

Notons que le rapport fait également des dizaines de propositions, comme le faisait le rapport de l’Assemblée Nationale sur le même sujet, des recommandations qui ne seront probablement jamais suivi des faits : par exemple, le rapport recommande des études indépendantes sur l’oseltamivir, la réalisation d’études immunologiques sur la grippe…Alors qu’à ce jour, la santé publique est toujours  incapable de savoir combien de personnes ont réellement été vaccinées en France et à perdu plus de 3 millions de doses de vaccin dans la nature, du fait de structures administratives dépassées et/ou non adaptées à la recherche moderne. Alors que la majorité des pays occidentaux ont réalisé plusieurs publications internationales dans des revues médicales référencées analysant la grippe H1N1 et ses conséquences, permettant d’éclairer le comportement du virus, la France n’a toujours pas, un an après, de publication majeure sur le sujet. Notre système de recherche et d’épidémiologie publique n’est pas suffisamment puissant. Cela le rapport ne le dit pas aussi clairement, se contentant de promouvoir un renforcement de l’expertise française. Cette fausse pandémie et la réaction à la fois des organismes de santé publique et des responsables politiques a montré que la France n’a ni les infrastructures, ni les compétences scientifiques, ni les expertises épidémiologiques et médicales pour faire face à ce type de problème de santé publique.

Est-ce la première fois que cet état de fait est constaté ? Non, bien sûr, c’est pour cela que le rapport du sénat ne changera rien, comme rien n’a changé suite à la mise en évidence tardive des conséquences de l’amiante, ou de l’affaire du sang contaminé, ou des épidémies de dengues dans les DOM-TOM, ou de la canicule, ou peut-être encore du futur scandale du bisphénol A….

Toujours est-il que le prochain vaccin contre la grippe saisonnière est prêt. Il a été constitué par les même experts nationaux et de l’OMS et comportera une souche H1N1 alors que si l’on en croit ce rapport toute vaccination contre le H1N1 est inutile sur une population générale…alors pourquoi ?

Source

Rapport d’enquête du Sénat sur la grippe A (document mis en ligne par le magasine Le Point)

Crédit Photo CReative Commons by Sénat

Articles sur le même sujet