samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Réduction de la mortalité par cancer du sein en Europe : la France n’est pas efficace

Une équipe de scientifiques Lyonnais publie dans la revue anglaise BMJ, un bilan de la lutte contre la mortalité par cancer du sein en Europe. Les auteurs se sont attachés à explorer les bases de données de 1989 à 2006, soit sur une durée de 17 ans afin de vérifier si les politiques mises en place dans différents pays sont aussi efficaces les unes que les autres. Les femmes françaises ne bénéficient que d’une faible réduction de -12% de la mortalité par cancer du sein en 17 ans, alors que la France est le pays qui a investi le plus d’argent dans la lutte contre cette pathologie, un résultat bien éloigné de ce qui est apporté aux patientes dans d’autres pays.

Depuis les années 1990, la prise en charge du cancer du sein a considérablement changée, d’abord par la mise en place des programmes de détection du cancer (dont l’efficacité n’est pas démontrée partout), puis par l’arrivée de l’hormonothérapie, de la chimiothérapie et des progrès en radiothérapie et en chirurgie.

Le taux de mortalité en France était de 28,5% en 1989, et passe à 25,6%, 17 ans après, une baisse de seulement 3 points correspondant à –12% de mortalité. En comparaison, en Islande la baisse est -44,5%, de –35% en Angleterre, de –29.2% en Irlande, de –34.2% au Luxembourg ,  et -26.4% en Espagne. Le resultat Français est donc consternant !

Bien sur d’autres pays font moins bien que la France, essentiellement des pays de l’est.

Cette baisse de mortalité est variable en fonction des tranches d’âges considérées. Toujours en France, le bénéfice enregistré correspond à une baisse de la mortalité de -14,3% des femmes ayant un cancer du sein et de moins de 50 ans et de -14,9% des 50-69 ans, avec une absence d’effet pour les plus de 70 ans. En comparaison l’Islande enregistre une baisse de -76% pour les <50 ans, de -35% pour les 51-69 ans et de – 41,5% pour les plus de 70 ans. Pour les plus de 70 ans, on retrouve également une baisse de la mortalité de –19,9% au Luxembourg, de –22,6% en Angleterre, de –20,9% aux Pays-bas.

Selon les auteurs, plusieurs facteurs peuvent expliquer les différences entre les pays. Le niveau de mortalité en début d’étude, plus élevé chez certains que chez d’autres peut expliquer des différences au sein du pays mais par dans les comparaisons entre pays. La détection du cancer du sein peut augmenter l’incidence. Cependant les études montrent qu’un n’y a qu’un faible lien entre les deux.

Les auteurs insistent sur le fait qu’en France « le déclin de la mortalité par cancer du sein n’a été que très modeste alors que le pays est le mieux le doté en appareils de mammographies, a les plus fortes dépenses en traitement anticancéreux et est celui qui suit les mieux les guidelines ».

Les baisses les plus importantes sont obtenues chez les femmes jeunes, qui ne bénéficient pas du programme de détection par mammographie. En suède, le programme de détection par mammographie s’est montré efficace, mais ce n’est pas le cas partout (voir article docbuzz), en France le système de détection n’a jamais été réellement évalué.

Comment réagira la France, les Françaises, les médecins et le ministre de la santé à cette nouvelle mauvaise nouvelle ? Une fois encore notre médecine manque d’efficacité malgré des moyens financiers engagés supérieurs à tous les autres pays.

Source

Disparities in breast cancer mortality trends between 30 European countries: retrospective trend analysis of WHO mortality database
Philippe Autier, Mathieu Boniol, Carlo LaVecchia, Lars Vatten, Anna Gavin, Clarisse He´ry, Mary Heanuel
BMJ 2010, 341:c2620

Crédit Photo Creative Commons by Beverly & Pack

Articles sur le même sujet