jeudi 29 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

+52% de “chaudes-pisses” en France

La chaude-pisse encore dénommée, blennorragie, castapiane, ou chtouille procède actuellement à un retour en force sur le territoire national. C’est une maladie sexuellement transmissible générée par une infection à gonocoques, Neisseria gonorrhoeae de son nom savant. Selon les données de l’Institut de veille sanitaire entre 2008 et 2009, elles ont augmenté de 52%.

Cette progression a été observée partout. Hors Ile-de-France, l’augmentation est même de +54% touchant autant les hommes (+51 %) que les femmes (+75 %). Le schéma est légèrement différent en Ile-de-France où l’augmentation n’est que de +38 % avec+44%  chez les hommes (+44%) mais une réduction de -5 % chez les femmes. Elle reste une maladie préférentiellement masculine touchant des hommes jeunes.

La contamination se fait au cours d’un rapport sexuel non protégé. Les hommes sont les plus touchés. Les symptômes sont des douleurs mictionelles violentes avec écoulement de pus blanchâtre. Le traitement fait appel à des antibiotiques. Chez les femmes, l’infection peut provoquer une gonnorhée avec pertes blanchâtres mêlées de sang.

L’existence d’une chaude-pisse doit faire rechercher toutes les autres maladies sexuellement transmissibles, syphilis, HIV, HPV…Le préservatif reste le meilleur moyen de protection

Source

INVS :Progression des infections à gonocoque en France
le 19 août 2010

Crédit Photo Creative Commons by -AX-

Articles sur le même sujet