vendredi 30 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Deux anticancéreux sont capables de détruire le virus du Sida!

C’est une découverte importante dans la lutte antivirale que viennent de faire les chercheurs de l’institut de virologie du Minnesota. Ils viennent effectivement de découvrir que deux médicaments, connus et utilisés dans le traitement de cancers, étaient capables de détruire le virus du sida en le faisant muter jusqu’à ce que mort s’en suive; les chercheurs dénomment cela “La mutation léthale”. Ces essais ont été mené chez la souris.

C’est une approche nouvelle de la lutte antivirale contre le virus HIV qui en plus cause très peu d’effet secondaires. Les deux molécules sont déjà utilisées aux Etats-Unis pour le traitement de cancers ; leur profil de tolérance est donc bien connu. C’est ce qui fait penser aux scientifique que la décitabine et la gemcitabine pourront être rapidement expérimentées chez l’homme. 33 millions d’êtres humains sont infectés par le virus HIV.

La décitabine et la gemcitabine sont deux molécules analogues des bases azotées constituant l’ADN. La gemcitabine est un analogue de la cytidine. La gemcitabine est utilisée dans le traitement du cancer de la vessie, de l’ovaire, du poumon, du pancréas et du sein. La décitabine est aussi un analogue de la cytidine. Elle est utilisée dans le traitement des syndromes myélodysplasiques, une maladies de la moelle osseuse. Ces deux molécules sont également autorisées en  France pour le traitement de des cancers.

Plutôt que d’inhiber la prolifération virale ou la réplication du virus comme le font certains médicaments actuellement utilisés, les deux médicaments font exactement le contraire, elles l’obligent à muter. Et c’est justement cette capacité à muter qui rendait le travail des scientifiques complexe, car ces mutations protégent rapidement le virus des nouveaux traitements . C est en utilisant ce qui était le point fort du virus que les chercheurs de l’institut de virologie du Minnesota ont donc réussi à le détruire. Les deux médicaments réduisent la capacité d’infection du virus de 73%. C’est cette réduction de sa capacité d’infection qui le pousse à muter, et à muter encore jusqu’à ce qu’il s’autodétruise.

Aux doses utilisées, les chercheurs n’ont pas retrouvé de toxicité sur les cellules normales. Les doses qui seront utilisées chez l’homme pour détruire le virus du Sida sont bien moins importantes que celles utilisées dans le traitement des cancers. Les chercheurs sont actuellement en train d’adapter les médicaments pour qu’ils puissent se prendre par la bouche, alors que jusqu’alors seules des perfusion intraveineuses étaient utilisées.

Source

Exploiting Drug Repositioning for Discovery of a Novel HIV Combination Therapy
C. L. Clouser, S. E. Patterson, L. M. Mansky
Journal of Virology, 2010; 84 (18): 9301 DOI: 10.1128/JVI.01006-10

Crédit Photo Creative Commons by EMSL

Articles sur le même sujet