vendredi 30 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le bisphénol A altère aussi la qualité du sperme humain

Il a souvent été reproché aux études menées pour évaluer les effets du bisphénol A de ne pas être réalisées chez l’homme. Plusieurs études menées chez l’animal ont montré que le bisphénol A entrainait une altération de la qualité du sperme.

Pour la première fois, des chercheurs mettent en évidence qu’une concentration élevée en bisphénol A chez l’homme provoque une atteinte de la qualité du sperme et de la concentration en spermatozoïdes.

Le bisphénol A mime les effets de l’oestrogène et provoque une perturbation de type endocrinienne. Les députés français, plusieurs années après les Canadiens, ont récemment interdit les biberons contenant du bisphénol A, validant un projet de loi déjà voté par le Sénat mais fortement amendé par l’UMP. Rappelons que ce produit est présent dans les plastiques alimentaires, comme par exemple les barquettes des plats cuisinés où à l’intérieur des canettes d’aluminium.

Pour cette nouvelle étude publiée dans la revue américaine Reproductive Toxicology, les chercheurs de la Harvard School of Public Health ont recruté 190 hommes consultant dans un centre médical d’aide à la fécondation. Leur urine a été analysée afin de déterminer le taux de bisphénol A : 89% des hommes avaient un taux de bisphénol A détectable. Un échantillon de leur sperme a été analysé afin d’évaluer la mobilité et le nombre des spermatozoïdes. Des anomalie de l’ADN des spermatozoîdes ont aussi été recherchées.

Les analyses démontrent qu’entre les hommes ayant un taux de bisphénol A parmi les plus élevés, par rapport à ceux ayant un taux de bisphénol A parmi les moins élevés, la baisse de concentration des spermatozoîdes atteint -23%, la différence de mobilité des spermatozoïdes s’abaisse de -7,5%. Les anomalies morphologiques des spermatozoïdes sont aussi plus fréquentes, +13%, ainsi que les anomalies de l’ADN contenu dans les spermatozoïdes, +10%.

Ces résultats suggèrent qu’une intoxication par le bisphénol A conduit à des anomalies spermatiques pouvant entraîner des troubles de la fertilité. Ainsi, selon un des auteurs, le Dr Mercker “Si on se concentre actuellement essentiellement sur les conséquences in utero du bisphénol A, ce qui est bien sûr important, cette étude suggère également que le bisphénol A peut-être délétère chez l’adulte“.

C’est le jour même de cette publication, dans son édition du 4 août 2010, que le Canard Enchainé publie un article intitulé “le plastique, c’est fantastique” annonçant que “depuis un mois et demi, l’industrie du plastique se démène pour convaincre Bruxelles de gracier les biberons au bisphénol A. Elle compte notamment sur la bienveillance de l’agence européenne de sécurité sanitaire des aliments, qui en septembre doit ponde un avis pour la commission“. L’article explique que les barquettes de plats cuisinés et les canettes contiennent entre 1000 et 7000 fois plus de bisphénol A que les fameux biberons interdits par les députés et que la dose limite recommandée a été multiplié par 8 en catimini il y a 4 ans par l’Europe…

Source

Semen quality and sperm DNA damage in relation to urinary bisphenol A among men from an infertility clinic
John D. Meeker, Shelley Ehrlich, Thomas L. Toth, Diane L. Wright, Antonia M. Calafat, Ana T. Trisini, Xiaoyun Ye, Russ Hauser.
Reproductive Toxicology, 2010

Crédit Photo Creative Commons by Mayu ;P

Articles sur le même sujet