samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Efficacité d’un vaccin contre le papillomavirus (HPV)

Le papilloma virus est responsable de  500 000 cas de cancers du cou dans le monde et 10 millions de cas de cancers du col de l’utérus. 30 millions d’hommes et de femmes sont chaque année vont présenter des condylomes, excroissance cutanée anales ou/et génitale causée par le virus HPV. Il existe des dizaines de différents virus HPV, seuls certains sont responsables des conséquences les plus graves des contaminations chez l’homme. la contamination se fait au cours d’un rapport sexuel. Deux vaccins destinés à lutter contre la contamination par le HPV ont été mis sur le marché et ont été recommandé par divers organismes officiels en particulier chez les jeunes filles avant tout rapport sexuel afin qu’elles soit protégé de cette contamination, qui bien sur ne protège pas des autres virus et en particulier pas du HIV, ni des virus des différentes hépatites. Ils sont d’autant plus efficaces qu’ils sont été injectés avant tout rapport sexuel.

Il est important de valider ces résultats. Cette nouvelle publication rapporte l’efficacité du vaccin quadrivalent sur la prévention des cancers du col, et des lésions  vulvo-vaginales. L’étude a été menée sur une durée de 4 ans après injection des 3 doses chez 17 622 femmes âgées de 16 à 26 ans, qui recevaient soit le vaccin, soit un placebo. Lors de l’enrôlement, toutes les femmes n’étaient pas vierges. L’âge moyen était de 20 ans et la date du premier rapport sexuel était en moyenne à 16,7 ans. Celles ayant déjà eu des rapports sexuels avaient eu en moyenne 2,1 partenaires différents. 11,2% des femmes présentaient déjà à l’inclusion des anomalies cervicales.

Les scientifiques ont vérifié si certaines étaient déjà contaminées par un virus HPV. Le taux de contamination était déjà situé entre 14,7% et 19,8% en fonction des méthodes de détection.

Efficacité contre les virus HPV 6, 11, 16 et 18 :

Le vaccin s’est montré globalement efficace réduisant de 90% le nombre de cancers vulvaires ( 2 cas dans le groupe vaccin contre 20 cas dans le groupe placebo), réduisant de 100% le nombre de cancers vaginaux (O cas contre 18 cas),et de 69% le nombre de cancers du col (114 cas contre 366 cas). Il y a a eu 2 cas de condylomes dans le groupe vacciné contre 190 dans le groupe placebo soit une efficacité de 99% du vaccin. Le nombre important de femmes recutées a permis d’évaluer l’efficacité du vaccin en fonction des différentes populations.

Efficacité face à tous les virus HPV

Il y a bien sur d’autres virus HPV, contre lesquels le vaccin ne protège pas, et il faut en tenir compte pour avoir une vision claire de l’efficacité préventive du vaccin dans la vraie vie. Si l’on considère donc tous les cancers y compris ceux donnés par d’autres virus HPV, dans une population nave, c’est à dire sans contamination préalable par un virus HPV, l’efficacité du vaccin contre le cancer du col n’est plus que de 20% à 30%., l’efficacité contre un cancer vulvaire  ëst de 75% (4 cas contre 16), l’efficacité contre un cancer vaginal était de 48% (21 cas contre 41 cas) et l’efficacité contre les condylomes de 83% (29 cas contre 169).

Les auteurs concluent que le vaccin produit une protection importante contre les virus HPV 6, 11, 16 et 18 réduisant les condylomes de 83% et les cancers de 30%

Source

Four years efficacy of prophylactic human papillomavirus quadrivalent vaccine against low grade cervical, vulvar, and vaginal intraepithelial neoplasia and anogenital
The FUTURE I/II Study Group
BMJ 2010;341:c3493

Cette étude a été financé par un fabriquant de vaccin, les laboratoires Merck

Crédit Photo Creative Commons by KWDesigns

Articles sur le même sujet