lundi 26 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Existe t-il un lien entre certains traitements de l’ostéoporose et la survenue d’un cancer de l’oesophage?

Une nouvelle étude menée en Angleterre et publiée dans la revue médicale British Medical Journal met à jour un lien entre un des traitements classiques de l’ostéoporose appellé biphosphonate, et le risque de cancer de l’oesophage. L’étude a été mené par l’équipe d’épidémiologie des cancers de l’université d’Oxford. Ces scientifiques mettent en évidence que 10 prescriptions de biphosphonate réalisées en 5 ans multiplient par 2 le risque d’avoir un cancer de l’oesophage.

Les effets secondaires gastro-intestinaux sont classiques lorsque l’on prend des biphosphonates expliquent les auteurs : dyspepsie, nausée, douleurs abdominales, oesophagite érosive ou ulcéreuse. Mais récemment certains cas de cancers de l’oesophage ont été rapportés. Les scientifiques ont voulu vérifier dans une banque de données très large de patients, si cet effet pouvait être imputable au médicament. Cette banque de donnée regroupe 6 millions de patients anglais. Chaque prescription réalisée par un médecin généraliste, chaque consultation, examen, diagnostic, complication, ou encore décès d’un patient, sont rentrés dans cette base de donnée.

Au sein de cette base, les scientifiques ont recherché tous les patients chez qui un cancer de l’oesophage a été diagnostiqué entre 1995 et 2005, puis ont complété leur étude en identifiant un groupe contrôle comparable, mais sans diagnostic de cancer de l’oesophage.

Le cancer de l’oessophage est un cancer assez rare en Europe. On estime qu’un cas survient chez 1000 personnes de 60-79 ans tous les 5 ans.

Dans la banque de données, les scientifiques ont identifié 2954 cancers de l’oesophage, 2018 cancers de l’estomac et 10 641 cancers du colon. Ils ont constitué Le groupe contrôle avec 77 750 patients. La période d’observation est de 7,5 années.

Les résultats mettent en évidence que les patients ostéoporotiques qui ont reçu au moins une prescription de biphosphonate ont un risque augmenté de 30% d’avoir un cancer de l’oesophage par rapport à ceux n’ayant pas reçu une telle prescription. Les patients qui recevaient 10 prescriptions de biphosphonates avaient un risque augmenté de +93%, un risque encore plus élevé que les patients n’ayant reçu que de 1 à 9 prescriptions. Il n’y avait en revanche pas d’augmentation du risque de cancer de l’estomac.

Sur une échelle temporelle, le risque de cancer de l’oesophage n’est pas augmenté pour une utilisation de biphosphonates pendant 1 an, mais est multiplié par 1,12 entre 1 et 3 ans, et par 2,24 après 3 ans.

Selon les auteurs, la prise de biphosphonates multiplie donc par deux le risque actuel de souffrir d’un cancer de l’oesophage en Europe ou aux Etats-Unis, pour un patient de 60 à 79 ans.

Cette étude a quelques limitations. Elle référence des prescriptions et non des prises validées de médicament. Il n’était pas possible de savoir si un patient n’avait pas reçu de biphosphonates avant d’entrer dans la base de donnée.

En 2009, 54 cas de cancer de l’oesophage ont été rapportées aux autorités américaines europénnes et japonaises avec un lien potentiel à la prise de biphosphonates. D’autres études ne retrouvent toutefois pas de risque de cancer de l’oesophage en rapport avec la prise de biphosphonate. En particulier, une étude recherchant la même chose que l’étude publiée dans le BMJ, utilisant la même banque de données et publiée dans la grande revue américaine JAMA il y a seulement un mois, ne mettait pas en évidence de risque de cancer de l’oesophage. Selon les auteurs cela s’explique par le fait que cette étude publiée dans le JAMA ne couvrait qu’une période de 4,5 ans alors que leur étude couvrait une période plus longue de 7,7 ans.

Pour conclure les scientifiques estiment que d’autres études sont nécessaires afin de confirmer ou d’infirmer leur découverte et en particulier d’examiner les associations entre les différents types de biphosphonates et le risque de différents types de cancers de l’oesophage.

Source

Oral bisphosphonates and risk of cancer of oesophagus, stomach, and colorectum: case-control analysis within a UK primary care cohort
Jane Green, Gabriela Czanner, Gillian Reeves, Joanna Watson, Lesley Wise, and Valerie Beral.
BMJ 2010; 341:c4444  Published online 2 September 2010

Exposure to Oral Bisphosphonates and Risk of Esophageal Cancer
Chris R. Cardwell, PhD; Christian C. Abnet, PhD; Marie M. Cantwell, PhD; Liam J. Murray, MD
JAMA. 2010;304(6):657-663. doi:10.1001/jama.2010.1098

Crédit Photo Creative Commons by monojussi


Articles sur le même sujet