mardi 27 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Capacité physique et mortalité : les trois tests fondamentaux

La capacité physique est un terme assez vague qui décrit la possibilité pour une personne de mener à bien l’ensemble de ses tâches quotidiennes. Cette capacité physique est utilisée comme un marqueur de l’état de santé actuel ou futur.

Il y a donc de plus en plus d’intérêt dans des tests simples qui permettent d’évaluer cette capacité physique. Une équipe de l’université de Londres a analysé toutes les études pertinentes afin d’en extraire les conclusion et éventuellement les tests permettant de prédire l’avenir.

L’hypothèse est que plus la capacité physique est dégradée, moins l’espérance de vie sera longue. Les tests retrouvés par les auteurs sont un test d’agrippement qui se pratique avec la main, un test de rapidité de marche, et le test mesurant le temps nécessaire pour se lever d’une chaise, des tests simples, facilement reproductibles et qui ne coutent rien.

Test 1 : l’agrippement

Ce test évalue la force qu’un individu est capable de développer à l’aide de sa main en agrippant une barre. Cette force est mesurée en kilogrammes. Au total, les études analysées par les scientifiques regroupent 44 636 patients pour ce test. Les résultats montrent que plus la force d’agrippement est importante, plus la survie sera longue. Parmi les groupes étudiés, les 25% de personnes qui se situent dans le quart ou la force est la plus faible, ont une augmentation du risque de décès de 67% par rapport à ceux qui sont situés dans le quart le plus élevé. Ce résultat semble particulièrement pertinent surtout après 60 ans.

Test 2 : la vitesse de marche

Les scientifiques ont pu regrouper des études incluant 14 692 patients. Les résultats démontrent que la vitesse de marche est également corrélée à la mortalité : les 25% de patients marchant les moins vite, par rapport aux 25% capables de marcher les plus vite, avaient un risque de décès plus précoce multiplié par 3.

Test 3 : se lever d’une chaise

Pour ce troisième test, l’analyse a été réalisée sur un groupe de 28 036 personnes. Le test mesure le temps nécessaire à se lever d’une chaise. Pour ce test aussi, les 25% de personnes se levant les moins vite ont un risque de décès précoce multiplié par 2 par rapport aux 25%  capables de se lever les plus vite.

Il est difficile aux auteurs de donner des références claires en terme de force d’agrippement nécessaire, de vitesse de marche idéale ou de temps minimal pour se lever d’une chaise du fait de la disparité des unités et facteurs de mesures utilisées dans les différentes études.

Cependant, ces exercices simples sont un reflet global de l’état physique d’une personne. Ils peuvent être modifiés par une maladie ou des habitudes délétères comme le tabagisme qui pourra par exemple considérablement ralentir la vitesse de marche, mais n’en reste pas moins un miroir idéal de l’état de santé de chacun car chaque paramètre est relié directement à la mortalité. Les entretenir peut donc être une bonne idée?

Source

Objectively measured physical capability levels and mortality; systematic review and meta-analysis
Rachel Cooper, Diana Kuh, Rebecca Hardy
BMJ 2010; 341:c4467

Crédit Photo Creative Commons by garryknight

Articles sur le même sujet