Mardi 22 juillet 2014

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Newsletter

ChargementChargement


Excès de cas de leucémies aiguës chez les enfants de la commune d’Aniche (Nord-Pas-de-Calais)

En avril 2007, la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales du Nord a saisi la Cellule de l’InVS en région Nord-Pas-de-Calais/Picardie, suite au signalement par un habitant du quartier dit “Champ de la Nation” de la commune d’Aniche, de 8 cas d’affections hématologiques touchant principalement des habitants de ce même quartier, 7 de ces 8 cas ayant été diagnostiqués sur une période d’environ 10 ans. Les résultats de l’étude mené par l’INVS les résultats montrent une augmentation du nombre de cas de leucémie aiguë chez les enfants de moins de 15 ans.

Finalement, le quartier “Champ de la Nation” ne présentant pas, à l’étude, d’activité polluante spécifique pouvant générer une exposition environnementale, il a été décidé de ne pas dissocier ce quartier et de mener les analyses sur l’ensemble du territoire de la commune d’Aniche. Les estimations ont donc été réalisées pour toute la population de la commune d’Aniche.

Les investigations ont permis d’identifier 25 cas : 7 cas de leucémie aiguë chez des enfants, 1 cas de lymphome de Burkitt chez un enfant, 10 cas de lymphome malin non hodgkinien chez des adultes, 1 cas de lymphome hodgkinien chez un adulte et 6 cas de leucémie aiguë chez des adultes.

De nombreux polluant peuvent  favoriser la survenue de ces pathologies :
- Une association est suspectée pour l’acide phénoxyacétique (herbicide), les insecticides et les engrais organophosphorés et organochlorés. Les substances peuvent concerner des usages professionnels (agriculture) ou domestiques (potagers, plantes d’intérieur),
- Le benzène est un cancérigène avéré. Une relation causale entre leucémies aiguës myéloïdes et benzène est prouvée en milieu professionnel, pour des expositions journalières élevées. Chez les enfants, une étude montre une association entre la survenue de leucémies et l’habitat prolongé à proximité d’un garage ou d’une station essence,
Les radiations ionisantes sont classées par le Circ, comme cancérigènes certains,
- Un risque accru d’hémopathies malignes (leucémies aiguës myéloïdes et LMNH) lié aux champs électromagnétiques de basse fréquence (appareils électriques, lignes hautes tensions) est suspecté en milieu professionnel. Le Circ a classé les champs électromagnétiques de basse fréquence (<10 kHz) comme “cancérigène possible” pour une exposition moyennée supérieure à 0,3 microTesla, ce qui correspondrait à des expositions rencontrées chez 0,5 à 1% de la population, dont notamment des populations vivant à moins de 30 mètres des lignes de haute tension. Ce classement repose essentiellement sur l’observation de leucémies d’enfants.
- Dioxines et PCB : Une étude épidémiologique multicentrique portant sur l’association entre l’exposition aux rejets des incinérateurs et la survenue de cancers en population générale a permis d’observer un lien entre l’exposition des populations adultes aux rejets atmosphériques des unités d’incinération d’ordures ménagères ayant fonctionné entre 1972 à 1990 et l’incidence des cancers dans les années 90. Elle a mis en évidence des relations statistiquement significatives entre l’exposition des populations aux rejets de l’incinération et le risque de lymphomes malins non hodgkiniens d’une part pour les deux sexes analysés ensemble et d’autre part, chez la femme.

Concernant la commune d’Arniche, les résultats montrent que le nombre de cas observés de leucémie aiguë chez les enfants de moins de 15 ans, pour les périodes d’étude 1984-2006 et 1996-2006, est statistiquement supérieur au nombre de cas attendus. Cette différence est significative.

Quelles peuvent être les causes de cette recrudescence de leucémie aiguë de l’enfant? Les expositions potentielles,,  passée, présente et futuresont les suivantes :

- Exposition par inhalation aux rejets atmosphériques des activités actuelles en particulier pour les sites ayant des rejets atmosphériques canalisées, c’est-à-dire la verrerie Saint-Gobain et dans une moindre mesure, celle d’AGC,

- Exposition passée, présente et future par ingestion de poussières de sols et consommation de légumes des jardins suite aux retombées sur les sols des rejets atmosphériques des activités actuelles mais aussi passées, en particulier des verreries ; le passé industriel de la commune, tout particulièrement celui lié aux activités des verreries, est probablement à l’origine d’une contamination des sols (données de l’évaluation simplifiée des risques) difficilement appréciable ne serait-ce que qualitativement.

- Exposition passée, présente et future des populations proches des sites ayant connu des incidents (exemples : incendie sur le site de la Carmi, écoulements de PCB/PCT suite à des actes de vandalisme…).

Cependant aucune cause formelle n’est identifiée et d’autres hypothèses peuvent être avancées comme la surestimation de l’excès de risque liée à l’approche statistique a posteriori utilisée pour mener cette investigation, l’existence d’un aléa lié à la distribution naturelle de la maladie ou l’existence de facteurs de risques individuels (exposition environnementale indépendante du lieu d’habitat : profession, loisirs…) associés ou non à des facteurs génétiques individuels.

Source

Investigation d’une suspicion d’agrégat d’hémopathies malignes et de lymphomes à Aniche (Nord)
Brigitte Tilmont, Béatrice Merlin, Bakhao N’Diaye,  Clémence De Baudouin, Christophe Heyman
INVS 2010

Le dossier complet est téléchargeable

Articles sur le même sujet