dimanche 25 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Ne mangez pas ce champignon

L’Institut National de Veille Sanitaire rapporte que “depuis la mi-septembre 2010, 14 cas d’intoxications liées à la consommation d’amanites phalloïdes ont été recensés, auxquels s’ajoutent 10 cas graves d’intoxication à d’autres champignons. Les conséquences sur la santé en ont été graves : troubles digestifs sévères, atteintes du foie ayant pu nécessiter une greffe. Ces intoxications ont conduit à des hospitalisations, pour la moitié d’entre elles en réanimation. Une personne est décédée.
Quatre régions sont principalement concernées : Centre, Pays de Loire, Rhône-Alpes et Ile de France.
Ces intoxications sont la conséquence, dans la majorité des cas, d’une confusion avec d’autres champignons comestibles mais, dans certains cas également, de la cueillette par des personnes qui ignorent les risques d’intoxication et en l’absence totale d’identification des champignons.

Les amanites phalloïdes présentent un corps large avec un chapeau de 5 à 15 cm, rond, hémisphérique puis aplati. Le chapeau est vert pâle, vert-jaune ou vert olive, Sa surface est gluante quand elle est mouillée. Sa consommation est responsable de la majorité des empoisonnements mortels causés par des champignons. 30 grammes suffisent à causer la mort. Elle est provoquée par la destruction du foie. L’administration rapide ‘un traitement vite les complications d’où l’importance de connaître les signes cliniques de l’intoxication :

Son goût laisse un souvenir agréable. Les premiers signes sont des douleurs abdominales, avec diarrhées et vomissements. Après quelques jours le foie est atteint, le patient devient ictérique, des anomalies neurologiques peuvent apparaîtrent, délire, épilepsie et coma dus à l’insuffisance hépatique aiguë et à une encéphalopathie hépatique. Le rein est ensuite touché. Des troubles sanguins surviennent, des problèmes cardiaques…le décès survient, en l’absence de traitement, six à seize jours après la consommation du champignon.

Ces conseils sont primordiaux :

– ne ramasser que les champignons que vous connaissez et reconnaissez parfaitement : certains champignons vénéneux hautement toxiques ressemblent beaucoup aux espèces comestibles ;
au moindre doute sur l’état ou l’identification de l’un des champignons récoltés, ne pas consommer la récolte avant de l’avoir fait contrôler par un spécialiste en la matière. Les pharmaciens ou les associations et sociétés de mycologie de votre région peuvent être consultés.

Source

INVS octobre 2010 : Cas graves d’intoxications liées à la consommation de champignons, notamment d’amanites phalloïdes

Crédit Photo Creative Commons by Archenzo (amanite phalloîde)

Articles sur le même sujet