dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Quel bilan tirer de la grippe 2010 dans l’hémisphère sud ?

La grippe 2010 dans l’hémisphère sud, c’est déjà fini. Quelles sont les leçons à en tirer pour évaluer la dangerosité de la grippe qui arrive chez nous? D’abord, les épidémies de grippe dans plusieurs pays de l’hémisphère sud, Australie, Nouvelle Zélande, Chili, et Argentine ont démarré plus tardivement et ont été moins amples qu’en 2009. Les virus circulants sont ceux prévus par l’OMS, d’abord le virus de la grippe A(H1N1)2009 détecté en Australie et en Nouvelle-Zélande, ensuite le virus de la grippe A(H3N2) qui a prédominé au Chili et enfin celui de la grippe B qui a prédominé en Argentine.

En Nouvelle Zélande (4,5 millions d’habitants), 20 décès liés à la grippe ont été enregistrés, contre 35 en 2009. La présentation clinique et les facteurs de risque des formes sévères paraissent être les mêmes en 2010 par rapport à 2009.

En Australie (22 millions d’habitants), le virus A(H1N1)2009 a été identifié dans 90% des prélèvements, cependant le taux d’attaque est inférieur à 2009. Parmi les cas diagnostiqués,  les femmes enceintes représentent 7% des cas hospitalisés dans un réseau de 15 hôpitaux, 13% des cas en réanimation et 0% des décès (contre 27%, 16% et 4%, respectivement, au niveau national en 2009).  La proportion des personnes ayant au moins une comorbidité parmi les décès documentés a augmenté, 67% en 2009 vs. 80% en 2010. Les pourcentages d’hospitalisations, d’hospitalisations en réanimation et de décès ont diminué de manière importante par rapport à 2009. On note 20 décès en Australie en 2010 contre 191 en 2009.

Au Chili (16 millions d’habitants), 283 cas d’infection respiratoire grave associée à A(H1N1)2009 ont été rapportés soit 1,7 cas pour 100 000 habitants. 16 décès en 2010 sont liés à A(H1N1)2009 et 22 décès associés à A(H3N2).

En Argentine (40 millions d’habitants), comme au Chili, c’est le VRS qui est prédominant suivi du virus de la grippe B.

Au total, les 3 virus circulants sont bien les 3 prévus par l’OMS, à partir desquels les vaccins ont été préparés. Si des cas sévères et des décès ont été causés en 2010 par le virus H1N1,  le nombre en reste malgré tout assez faible, bien plus faible qu’en 2009, avec cependant les mêmes facteurs de risque de gravité.

Pour info, les recommandation vaccinales en Australie : Femmes enceintes, Parents et gardiens d’enfants de moins de 6 mois, Personnes présentant un terrain pathologique sous-jacent ou sévèrement obèses, Populations indigènes, Soignants, en milieu de soins ou en communauté, toutes les personnes > 65 ans

Source

Note actualisée sur l’épidémie 2010 de A(H1N1)2009 en Australie et en Nouvelle-Zélande
INVS, octobre 2010

Articles sur le même sujet