jeudi 29 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Quatre cas de méningite C à Lille déclenchent une vaste opération de vaccination (vidéo)

Chaque année en France, 30 personnes décèdent des suites d’une infection par le méningocoque de type C. La bactérie ressurgit de manière irrégulière à travers le pays. On estime que 5% à 10% de la population est porteuse du méningoccoque, au niveau du nez ou de la gorge, sans avoir aucun symptôme. Les méningocoques se transmettent par contact à moins d’un mètre, direct et prolongé (>1 heure), avec les sécrétions naso-pharyngées. Si elle réussit à pénétrer le sang ou le liquide céphalo-rachidien, cette bactérie peut provoquer une inflammation des méninges, les enveloppes entourant le cerveau, créant une méningite. Le syndrome méningé est alors reconnaissable à la survenue de violents maux de tête, classiquement en casque, de vomissements en jet, de photophobie, accompagné d’une douloureuse raideur de nuque.

Quatre étudiants de l’université de Lille ont été traités pour une infection à méningoccoques C. Il n’est pas étonnant que des étudiants soient touchés, la bactérie touchant particulièrement les jeunes, le plus souvent de moins de 25 ans. Aucune vaccination systématique n’est obligatoire en France. Afin d’éviter la diffusion de la bactérie, 22 000 étudiants et administratifs de l’université lilloise devront être vaccinés. L’immunité apparaît 10 jours après la vaccination. La vaccination est efficace pour une durée de 3 à 5 ans. Pour la protection des sujets ayant eu des contacts proches et répétés avec un malade, comme la famille d’un malade,  une antibioprophylaxie est nécessaire.

CRédit Photo Creative Commons by Daniel Paquet

Articles sur le même sujet