dimanche 25 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les “vélib” sont ils utiles?

Depuis quelques années, de nombreuses pays ont décidé de promouvoir la bicyclette. Deux effets pouvaient en être attendus. D’abord favoriser l’émergence d’un autre mode de transport individuel en ville, pouvant réduire le trafic automobile et éventuellement l’émission de polluants, mais aussi avoir un effet favorable sur la santé, le vélo procurant un excellent exercice physique. Ces espoirs se vérifient-ils?

L’activité physique réduit le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète, et de certains cancers. Il est recommandé que les adultes pratiquent 150 minutes d’activité physique modérée ou 75 minutes d’activité physique intensive par semaine. Pourtant la majorité des adultes n’atteignent pas cette limite et la promotion de l’activité physique au niveau d’une population. Faire la promotion du vélo fait partie dorénavant de la politique de plusieurs gouvernements. De nombreuses villes ont également mis à disposition de leurs habitants des vélos. Une promotion importante a entouré ces investissements. Quel est le nombre de citadins qui se sont véritablement laissés convaincre, ces investissements sont-ils efficaces?

Une équipe d’épidémiologiques anglais de l’université de Cambridge a recensé 25 études réalisées dans 7 pays afin de les analyser conjointement. Six études montrent que la mise en place de cette promotion de la bicyclette a permis d’augmenter de 3,4% le nombre de trajets réalisés à vélo au coeur des villes. Seize études ayant mesuré le nombre de trajets annuels montrent que, en moyenne, la promotion du vélo comme un mode de transport écologique a accru le nombre de trajets annuels de 8 trajets par personne et par an. Une seule étude rapporte un effet positif des dispositifs mettant à disposition des vélo sur une augmentation l’activité physique.

Si ces résultats ne montrent pas un effet bénéfique important au niveau des populations, en partie par manque de critères communs évalués, nous savons déjà qu’au niveau individuel, aller à l’école ou au travail en vélo a montré son intérêt pour une meilleur santé cardiaque et pulmonaire. Ces études suggèrent que modifier l’environnement urbain peut influencer le comportement des habitants et par conséquent favoriser l’usage de la bicyclette. Cette approche n’est applicable que pour les individus qui souhaitent changer leurs habitudes. Il serait nécessaire d’évaluer l’intérêt du vélo dans une grande étude.

Source

Interventions to promote cycling: systematic review
Lin Yang,  Shannon Sahlqvist, Alison McMinn, Simon J Griffin, David Ogilvie
BMJ 2010;341:c5293

Crédit Photo Creative Commons by malias

Articles sur le même sujet