samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Tatouages, l’encre contaminée fait 48 victimes en France

Plusieurs types d’infections ont déjà été rapportées après des tatouages, que ce soit l’hépatite B, l’hépatite C ou le HIV. Une équipe de dermatologues de Rouen,  a constaté, chez des patients qui venaient de se faire faire un tatouage, des éruptions pustuleuses sur les tatouages, survenues entre 3 et 35 jours après les injections d’encre. Dans 43% des cas, une bactérie, Mycobacterium Chelonea a pu être identifiée. Un traitement antibiotique a été nécessaire.

L’encre noire utilisée par les tatoueurs est conditionnée initialement dans de larges bouteilles. Les tatoueurs la transvasent dans des petites bouteilles, parfois diluée avec du sel, du sérum ou de l’eau du robinet pour obtenir des variations de gris. Les seringues étaient aussi rincées avec de l’eau du robinet. Les médecins ont prélevé de l’encre dans les petites bouteilles et l’ont mise en culture. Deux cultures se sont révélées positives à Mycobacterium Chelonea. L’encre avait donc été contaminée. Après que les tatoueurs aient modifié leur pratiques, plus aucun cas ne s’est déclaré. Deux autres émergences de Mycobacterium Chelonae ont été rapportées aux Etats-Unis et en France, toujours localisées sur les zones grises des tatouages. Ces émergences rappellent la nécessité que les tatoueurs respectent des procédures garantissant un sécurité sanitaire totale afin d’éviter de nouvelles émergences.

Source

Outbreak of mycobacterium chelonea in France
Joana Goldman, François Caron, Julie de Quatrebarbes, Martine Pestel-Caron, Philippe Courville, Martin Xavier Doré,Damien Picard, Anne-Bénédicte Duval-Modeste, Pierre Bravard, Pascal Joly
BMJ 2010; 341:c5483

Crédit Photo Creative Commons by sulamith.sallmann

Articles sur le même sujet