jeudi 29 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les phtalates participent bien à la baisse de fertilité chez l’homme

Les hommes perdent 1% de spermatozoïdes par an depuis 50 ans. Une équipe de l’IRSET de Rennes, après avoir montré la toxicité des phtalates (MEHP et DEHP, les 2 phtalates les plus utilisés par les industriels) sur les testicules de rats, confirment ces résultats chez l’homme. Les phtalates sont bien des perturbateurs endocriniens nocifs pour les mammifères dont l’homme.

L’étude menée chez l’animal démontrait que  le MEHP (mono-(2-ethyl-5-hydroxyhexyl) phthalate) perturbaient les cellules de Leydig, productrices de testostérone, et ceci d’autant plus que la concentration du phtalate était importante. En trois jours, la prolifération des cellules précurseur des spermatozoïdes se réduisait et la mort de ces cellules augmentait.

Le Pr Jean-Pierre Bourguignon Chef de service associé du Service de pédiatrie du CHU de Liège ( Belgique), participant début novembre aux premières journées internationales de biologie à Paris,  explique que ” Les perturbateurs endocriniens sont des produits de l’environnement qui peuvent entraîner des problèmes de santé, à court et à long terme, du fait de leur interaction avec les hormones. La démonstration de leurs effets possibles sur la santé (malformations génitales, baisse de fertilité, cancer, obésité..) est complexe, notamment du fait de la diversité des substances auxquelles nous sommes exposés. Dans l’attente de réponses formelles, le principe de précaution doit prévaloir et s’appliquer, en premier lieu, aux femmes enceintes et aux nourrissons car les périodes fœtales et postnatales sont les plus critiques.”

L’unité Etudes de la reproduction chez l’homme et le mammifère appartenant à l’Institut de recherche sur la santé, l’environnement et le travail (Irset) de Rennes dirigé par Bernard Jégou, a présenté les résultats de sa seconde étude. Les travaux voulaient montrer l’impact des phtalates sur la fonction testiculaire humaine.

Les phtalates entrainent une baisse du niveau de testostérone, qui peut aller jusqu’à 30 % sans modification de la mort cellulaire, confirmant que les phatalates ont des conséquences sur la baisse de la fertilité chez l’homme.

Les phtalates sont employés depuis une cinquantaine d’années dans de nombreux produits de consommation, plastiques, emballages, cosmétiques, jouets. Le gouvernement Français se refuse pour l’instant à toute régulation ou mise en place d’un principe de précaution.

Source

Time- and dose-related effects of di-(2-ethylhexyl) phthalate and its main metabolites on the function of the rat fetal testis in vitro
Chauvigné F, Menuet A, Lesné L, Chagnon MC, Chevrier C, Regnier JF, Angerer J, Jégou B
Environ Health Perspect. 2009 Apr;117(4):515-21. Epub 2008 Dec 1.

Programme national de recherche sur les perturbateurs endocriniens
MINISTÈRE DE L’ÉCOLOGIE, DE L’ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat
Les apports des recherches conduites entre 2006 et 2009
Colloque Rennes, le 12 avril 2010

Crédit Photo Creative Commons by LostCarPark

Articles sur le même sujet