samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les défibrillateurs implantables n’améliorent pas la survie des sujets âgés insuffisants cardiaques

Les patients insuffisants cardiaques meurent souvent de ce que les cardiologues appellent la mort subite, évènement brutal lié à un trouble du rythme cardiaque survenant dans le ventricule. La prise d’un médicament, le bêtabloquant, a montré qu’elle permettait de réduire de manière importante cet événement mais pas totalement. Le défibrilateur implantable est un type de stimulateur cardiaque permettant, normalement la détection et la résolution des troubles du rythme ventriculaire, tachycardie ventriculaire ou fibrillation qui menace le patient d’une mort subite.

L’appareil est donc prescrit dans la prévention de la mort subite chez les patients insuffisants cardiaques. Plus de 10 000 français en sont équipés, 3000 appareils sont greffés chaque année. Un appareil coûte environ 10 000 euros. Un défibrillateur implantable se présente sous la forme d’une petite boite métallique implanté chirurgicalement sous la peau du patient et dont les sondes sont placées, sous contrôle radiologique, au niveau du ventricule droit. la détection d’un trouble du rythme déclenche la délivrance d’une impulsion électrique sensée normaliser ce trouble et ainsi éviter une possible mort subite.

La première étude montrant l’intérêt de ce matériel a été publiée en 1996. D’autres l’ont été depuis. Avec le recul des études, est-il possible d’affirmer aujourd’hui l’efficacité de ce matériel couteux?

Des cardiologues italiens ont donc compilé les données de cinq études (MADIT-II, DEFINITE, SCD-HeFT, DINAMIT et IRIS) ayant inclus 5783 patients dont 44% étaient des patients âgés (âge moyen entre 60 et 65 ans), afin d’évaluer réellement son intérêt en comparaison avec un traitement médical simple. Les patients souffraient d’une insuffisance cardiaque avec dysfonction sévère du ventricule gauche.

La première analyse excluant deux études qui avaient enrôlé des patients après un infarctus (DINAMIT et IRIS), montre que le défibrillateur implantable réduit de 35% la mortalité chez les patients jeunes. En revanche une petite réduction non significative est retrouvée chez les patients âgés. L’intégration des résultats des deux études après un infarctus ne modifie pas les résultats

Les auteurs concluent que la prévention de la mort subite par un défibrillateur implantable chez les sujets âgés insuffisants cardiaques n’est toujours pas démontrée. L’intérêt de leur utilisation chez des patients de plus de 60-65 ans reste donc hypothétique.

Source

Meta-analysis: Age and Effectiveness of Prophylactic Implantable Cardioverter-Defibrillators
Pasquale Santangeli, Luigi Di Biase, Antonio Dello Russo, Michela Casella, Stefano Bartoletti, Pietro Santarelli, Gemma Pelargonio, Andrea Natale
Annals of Internal Medicine November 2, 2010vol. 153 no. 9 592-599

Articles sur le même sujet