vendredi 30 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

La maladie d’Alzheimer se transmettrait par la mère

Avoir un parent ou un grand-parent qui a souffert d’une maladie d’Alzheimer augmente son propre risque d’en développer une un jour. Une nouvelle étude publiée dans la revue Biological Psychiatry suggère qu’il faut d’abord regarder quel parent a eu la pathologie.

Pour bien comprendre l’approche de cette nouvelle étude, d’abord un peu de génétique. Tous les gènes que nous avons reçu de nos parents ne s’expriment pas en nous de la même manière. En particulier, ce que les scientifiques appellent le genomic imprinting, ou gène soumis à empreinte en français, caractérise un gène dont l’activité est différente pour les deux copies de ce gène porté par un même individu, la copie reçue de la mère et la copie reçue du père. Alors que le plus souvent un gène est actif ou inactif, dans ce cas précis, la copie d’un des parent est actif (exprimée) et l’autre non (réprimé). Cette répression génique s’appelle l’empreinte parentale.

Dans cette étude, les chercheurs Néerlandais ont évalué le risque de maladie d’Alzheimer chez des sujets bien portant en identifiant et mesurant les protéines présents dans le liquide céphalo-rachidien, le liquide dans lequel baigne le cerveau. On sait que ces protéines sont modifiées dans la maladie d’Alzheimer. Ces protéines du liquide céphalo-rachidien de participants ayant un père ou une mère avec une maladie d’Alzheimer ont été comparés à celui d’autres individus sans parent malade.

Les scientifiques retrouvent que seuls ceux dont la mère a eu une maladie d’Alzheimer a un niveau de protéines béta-amyloïdes modifiés au niveau du liquide céphalo-rachidien, un marqueur important de la maladie. Ces données montreraient que les enfants dont la mère développe un Alzheimer pourraient être à plus haut risque de connaître la maladie que si c’était leur père qui avait développé la maladie. Des confirmations sont cependant encore nécessaires permettant de confirmer ce caractère prédictif.

Source

Oxidative Stress and Amyloid-Beta Pathology in Normal Individuals with A Maternal History of Alzheimer’s
Lisa Mosconi, Lidia Glodzik, Rachel Mistur, Pauline McHugh, Kenneth E. Rich, Elizabeth Javier, Schantel Williams, Elizabeth Pirraglia, Susan De Santi, Pankaj D. Mehta
Biological Psychiatry, 2010; 68 (10): 913
Crédit Photo Creative Commons by vikisuzan

Articles sur le même sujet