mercredi 28 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les margarines aux oméga-3 sont inefficaces pour protéger le coeur

Des analyses regroupées de plusieurs études avaient montré en 2008 un intérêt de la supplémentation par des acides gras oméga-3 pour réduire de 20% la survenue ultérieure de décès d’origine coronaire. Une autre étude avait montré en 2007 que 250 mg par jour d’acides gras oméga-3 (acide docohexaénoïque, acide eicosapentaénoïque) pouvaient même réduire ce risque de 36%. Par la suite, les oméga-3 montrèrent même un intérêt dans la prévention des troubles du rythme cardiaques dans certaines études, pourtant contredites par d’autres à la méthodologie plus stricte. La présente étude est publiée dans la revue américaine New England Journal of Medicine.

Des scientifiques de la division de nutrition humaine de l’université de Wageningen aux Pays-Bas ont donc mené une très large étude, à la méthodologie irréprochable afin de vérifier réellement l’intérêt des oméga-3 chez des patients ayant récemment fait un infarctus. 4837 patients de 60 à 80 ans ont été inclus dans l’étude. 78% étaient des hommes. Ils recevaient bien évidemment les traitements médicaux ayant démontré un effet préventif des accidents cardiaques, comme les traitements de l’hypertension artérielle, les traitements préventifs des thromboses et les anti-cholestérol. Les patients étaient séparés en 4 groupes qui en plus, recevaient chacun un type de margarine. Soit une margarine enrichie en acide docohexaénoïque et en acide eicosapentaénoïque avec un objectif de 400 mg de prise quotidienne, soit une margarine enrichie en acide alpha-linoléique, un oméga-3 d’origine végétale, soit une margarine comportant les acides gras des deux premières margarines, soit une margarine “placebo”, sans aucun oméga-3.

Le suivi des patients s’est poursuivi sur 3,7 années. 21% des patients avaient un diabète, 17% étaient fumeurs, 24% étaient obèses, 97,5%% recevaient un antithrombotique, 89,7% un traitement de l’hypertension artérielle, 86% un traitement contre le cholestérol. En moyenne, la consommation de margarine était de presque 19 grammes par jour. 671 patients, tous groupes confondus ont eu un accident cardiaque

Si les patients des deux premiers groupes, qui recevaient des oméga-3 sous la forme d’acide docohexaénoïque et d’acide eicosapentaénoïque (première margarine), semblaient avoir un moindre risque d’accidents cardiaques au cours des 30 premiers mois, mais cet effet bénéfique a disparu ensuite. A la fin de l’étude, aucune variation significative en terme d’évènement cardiaque n’est intervenu entre ceux recevant les différents type de margarines enrichies en oméga-3 , ni entre ceux recevant la margarine “placebo” sans oméga-3. Cependant, les scientifiques retrouvent un réduction de 27% des accidents cardiaques chez les femmes recevant l’acide alpha-linoléique (seconde margarine), une réduction qui n’est pourtant pas significative. En comparant les résultats chez les diabétiques et les non diabétiques, les auteurs retrouvent une réduction des accidents cardiaques et des troubles du rythme cardiaque chez ceux recevant les deux premières margarines par rapport aux deux autres groupes.

Les auteurs concluent qu’une supplémentation de 376 mg en acide docohexaénoïque et en acide eicosapentaénoïque ou une supplémentation de 1,9 grammes en acide alpha-linoléique, ne réduit pas la survenue ultérieure des accidents cardiaques chez des patients ayant souffert d’un infarctus. Cette différence d’effet bénéfique en comparaison avec les études précédentes peut être liée au fait que les patients de cette étude étaient plus âgés ou encore au fait que les patients étaient en majorité des hommes. L’amélioration des traitements médicaux entre la réalisation des premières études et celle-ci peut-être une autre explication. Actuellement, les patients qui ont un infarctus bénéficient d’une meilleure prise en charge et de meilleurs traitements qui font que la cause ultérieure du décès, qui était souvent de cause cardiaque, est aujourd’hui en majorité de cause non cardiaque. Un effet bénéfique chez les diabétiques et chez les femmes ne peut pas être écarté mais nécessiterait d’autres investigations.

Source

n–3 Fatty Acids and Cardiovascular Events after Myocardial Infarction
Daan Kromhout, M.P.H., Ph.D., Erik J. Giltay, M.D., Ph.D., and Johanna M. Geleijnse, Ph.D. for the Alpha Omega Trial Group
N Engl J Med 2010; 363:2015-2026November 18, 2010

Les margarines étaient fournies par le groupe Unilever.

Sites internet Unilever:
Margarine, the daily essential
The goodness of margarine

Crédit Photo Creative Commons by Kjell Eson

Articles sur le même sujet