mardi 6 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les règles de la biologie remisent en cause par la découverte d’une nouvelle forme de vie sur terre

Lac Mono

Au cours d’une conférence de presse tenue jeudi 2 décembre 2010, la NASA a annoncé avoir identifié une nouvelle forme de vie terrestre. La découverte est publiée dans la grande revue Science.

Des chercheurs ont mené des investigations à partir de prélèvements du lac Mono situé en Californie. Ce lac a la caractéristique d’être très riche en arsenic, un composé très similaire au phosphore qui le précède dans la même famille au sein du tableau périodique des éléments. ce tableau également appellé table de Mendeleïev, et qui représente tous les éléments chimiques, ordonnés par numéro atomique croissant et organisés en fonction de leur configuration électronique, laquelle sous-tend leurs propriétés chimiques. L’arsenic est classée 33As et le phosphore 15P. L’équipe de scientifique a choisi d’explorer ce lac du fait de sa salinité élevée, de son eau alcaline riche en arsenic, un phénomène qui s’est naturellement constitué par isolation du lac de toute source d’eau fraiche depuis 50 Ans.

L’analyse des prélèvements du lac Mono ont conduit à la découverte de microorganismes capables d’utiliser l’arsenic à la place du phosphore dans ses composants cellulaires et en particulier dans son ADN.

Jusqu’alors, la science considérait que les éléments de base nécessaires au développement de la vie étaient le carbone, l’hydrogène, l’azote, l’oxygène, le phosphore et le soufre. Voilà donc encore un dogme scientifique qui s’effondre.”La définition de la vie s’est juste agrandie” explique Ed Weiler, un des directeur de mission de la NASA. “Alors que nous poursuivions nos effort de recherche d’une vie extraterrestre dans le système solaire, nous devons maintenant ouvrir notre esprit à des formes de vies plus diverses et considérer que des formes de vie différentes sont possibles”.

Le phosphore est un élément central des molécules énergétiques des cellules, comme l’ATP (adenosine triphosphate), ainsi que des phospholipides qui constituent les membranes de nos cellules. L’arsenic est pour les cellules un toxique qui perturbe le fonctionnement métabolique en prenant la place du phosphore du fait de leur proximité chimiques. D’autre part, nos cellules comme toutes celles des formes de vies eucaryotes, comportent également une information génétique transmissible dénommée l’ADN. L’ADN est composé de séquences de nucléotides. Chaque nucléotide est constitué de trois éléments liés entre eux, un groupe phosphate lié à un sucre, le désoxyribose, lui-même lié une base azotée (l’adénine, la thymine, la cytosine et la guanine. Dans l’ADN, les nucléotides sont reliés entre eux selon une certaine séquence grâce à des liaisons impliquant un groupe phosphate, qu’on appelle des liaisons 3′-5′ phosphodiester.

Ces bactéries ayant évolué dans l’eau du lac mono, riche en arsenic, sont capable d’intégrer l’arsenic  dans leur mécanismes biochimiques sans en souffrir, que ce soit au sein des protéines, de l’ADN ou de leur membranes cellulaires.

“Si quelque chose d’aussi innatendu est retrouvé sur la terre, quu’est-ce que la vie peut réserver que nous n’avons encore jamais découvert?” s’interroge  Felisa Wolfe-Simon, astrobiologiste de la NASA, qui a réalisé cette découverte.

Cette nouvelle bactérie appartient à un groupe connus de bactéries, les gammaproteobacteria. Mises en culture en laboratoire, ces bactéries ont réussi à se développer avec du phosphore. Lorsque les scientifiques ont remplacé la phosphore par de l’arsenic, les bactéries ont continué à se développer et à donner naissance à de nouvelles bactéries. Cette découverte va probablement influencer la recherche dans de nombreux domaines tels que l’étude de l’évolution de la terre, la chimie organique, les cycles biogéochimiques, et les études de la vie cellulaire.

Source

A Bacterium That Can Grow by Using Arsenic Instead of Phosphorus
Felisa Wolfe-Simon, Jodi Switzer Blum, Thomas R. Kulp, Gwyneth W. Gordon, Shelley E. Hoeft, Jennifer Pett-Ridge, John F. Stolz, Samuel M. Webb, Peter K. Weber, Paul C. W. Davies, Ariel D. Anbar, Ronald S. Oremland
Science Published Online 2 December 2010

Sites internet :

NASA-Funded Research Discovers Life Built With Toxic Chemical

Get Your Biology Textbook…and an Eraser!

Articles sur le même sujet