vendredi 30 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Grippe H1N1 : effets secondaires des vaccins

L’émergence d’un nouveau virus H1N1 en 2009, a accéléré le développement d’un vaccin monovalent ant-H1N1, qui fut recommandé par de nombreuses agences du médicament à travers le monde. Comme le mode de fabrication et de validation de ce nouveau vaccin était similaire à celui de la grippe saisonnière, les même effets secondaires étaient attendus. Cependant, au Etats-Unis, afin de détecter rapidement la survenue inattendue d’un effet secondaire après le début d’utilisation par la population, un système de détection particulier de suivi a été mis en place (VAERS Vaccine Adverse Events reporting System).

Cette étude a comparé la fréquence de survenue d’événements graves après injection du vaccin contre la grippe H1N1 avec ceux survenus par une vaccination contre la grippe saisonnière.

D’octobre 2009 à janvier 2010, 82 millions de doses de vaccin contre la grippe H1N1 ont été administrées aux Etats-Unis, 64,6 millions de vaccins inactivés et 17,5 millions de vaccins vivants atténués. Le système VAERS a enregistré 10 085 rapports d’effets secondaires dont 726 considérés comme des effets secondaires sérieux.

Au cours de la période, d’août 2009 à janvier 2010, 120 millions de doses de vaccins contre la grippe saisonnière ont été administrés. Le système VAERS a enregistré 6469 rapports d’effets secondaires dont 540 (8,3%) étaient considérés comme des effets secondaires sérieux.

Le pourcentage d’effet secondaires sérieux était donc moindre (7,2% vs 8,3%) après une injection du vaccin contre la grippe H1N1 par rapport à un injection du vaccin contre la grippe saisonnière. Les rapports adressés par l’intermédiaire du système VAERS était cependant deux fois plus important en nombre pour les vaccins contre la grippe H1N1  (8,8/million de doses vs 4,4/million de doses). Et le nombre de rapports témoignant d’effets secondaires graves étaient 2 à 3 fois plus importants suivant une vaccination par le vaccin anti-H1N1 que par le vaccin de la grippe saisonnière. Les effets secondaires les plus fréquentes parmi ceux considérés comme sérieux étaient des atteintes neurologiques (34%) pour le vaccin inactivé contre la grippe H1N1, et des troubles respiratoires (31%) pour le vaccin vivant atténué contre la grippe H1N1.

Selon les données du VAERS, 48 personnes sont décédés des suites de la vaccination contre la grippe H1N1 aux Etats-Unis, la plupart de causes cardiaques. 94% des patients décédés après la vaccination contre la grippe H1N1 avaient des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires.

La surveillance du syndrome de Guillain-Barré a débuté réellement en 1976 quand un vaccin contre une grippe A avaient provoqué une augmentation du nombre de ces syndromes neurologiques, environ 1 de plus par million de personnes vaccinées. Au cours de la vaccination contre la grippe H1N1 2009, parmi 176 cas possibles de syndrome de Guillain-Barré, 99 (56%) ont pu être authentifiés, 86 suivant le vaccin inactivé et 12 suivant le vaccin vivant atténué. Le nombre de cas survenus chez des personnes vaccinées de moins de 25 ans était de 0,42 par million de doses administrées et de 1,75 par million de doses administrées pour les plus de 25 ans. 1,4 cas d’anaphylaxie par million de doses ont été enregistrés, aucun patient n’en est décédé.

Le nombre de rapport parvenu aux VAERS concernant les conséquences de la vaccination H1N1 a été supérieure à ceux reçu dans le cadre d’une vaccination contre la grippe saisonnière, une augmentation où la publicité médiatique faite autour du vaccin contre la grippe H1N1, est à prendre en compte.

Il a été également mis en évidence que les effets secondaires de type neurologiques étaient plus fréquents avec le vaccin antiH1N1 inactivé, un résultat cohérent avec une revue menée sur 15 années montrant que le vaccin contre la grippe saisonnière inactivé produit plus de syndromes neurologiques. Les effets scondaires les plus fréquents avec le vaccin vivant atténué contre la grippe H1N1 étaient d’ordre respiratoire (31%)  et neurologique ( 27%).

Si le système VAERS est utile pour détecter des signaux d’alerte, il comporte des biais de déclaration, et d’absence de lien de causalité. D’autres systèmes existant permettront de faire une synthèse globale des effets secondaires des vaccinations anti-grippales. Globalement, le système VAERS estime que les effets secondaires rapportés pour la vaccination contre la grippe saisonnière et la vaccination contre la grippe A(H1N1)2009, se retrouvent dans un ordre de proportion comparable en termes de nombre de décès/syndrome de Guillain Barré/anaphylaxie, qui restent rares, moins de 2 par million de doses. Une différence de risque entre le vaccin vivant atténué vivant contre la grippe H1N1 et le vaccin inactivé contre la grippe H1N1 apparaît cependant.

NB : Pour les sites internet officiels en France (ministère de la santé), la vaccination actuelle est dénommée “vaccination contre la grippe saisonnière”. Le vaccin contre la grippe disponible en France est un vaccin inactivé contenant deux souches de virus influenza A (H1N1 et H3N2) et une souche de virus influenza B.

Source

Adverse events following influenza A (H1N1) 2009 monovalent vaccines reported to the Vaccine Adverse Event Reporting System, United States, October 1, 2009–January 31, 2010
Claudia Vellozzi, Karen R. Broder Penina Haber, Alice Guh, Michael Nguyen, Maria Cano,Paige Lewis, Michael M. McNeil, Marthe Bryant, James Singleton, David Martin, Frank DeStefano
Vaccine 28 (2010) 7248–7255

Cédit Photo Creative Commons by Sénat

Articles sur le même sujet