lundi 5 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

On a retrouvé la tête d’Henry IV (vidéo)

En 1793, la tombe d’Henry IV, ainsi que d’autres tombes royales situées dans la basilique de Saint Denis sont violées par des révolutionnaires. Une fosse commune est creusée à proximité de la basilique dans laquelle les corps des rois et reines sont entassés. Henry IV est mort assassiné le 14 mai 1610, à l’âge de 57 ans, par Ravaillac. Lorsque sa tombe fut ouverte, les révolutionnaires découvrir le corps d’henry IV momifié : il avait formulé le souhait d’être embaumé “selon la mode italienne“, une technique qui consistait à ne pas ouvrir le crâne afin de permettre une meilleure conservation de la tête. La tête d’Henry IV n’est elle, pas ensevelie, mais séparée du son corps, et emportée en trophée ou relique. Elle réapparait au XIXe siècle dans la collection privée d’un comte allemand. La tête fameuse mais oubliée est vendue pour 3 francs à Drouot en 1919 à un antiquaire de Dinard, Joseph-Emile Bourdais. Il ne réussi jamais à la faire reconnaitre comme telle, et le Louvre l’aurait refusé en 1947. La soeur de Joseph-Emile Bourdais l’à revendue 5000 francs en 1955 à un passionné d’histoire qui la conservait depuis, enroulée dans un linge, placée dans une boite en bois. C’est à son domicile que deux journalistes, Stéphane Gabet et Pierre Belet en ont retrouvé la trace en 2008. Un film qui sera diffusé sur France 5 en février 2011 retracera cette quête de la tête.

Ce retraité a accepté de la confier à la science afin qu’elle soit authentifiée. C’est une équipe internationale, emmenée par Philippe Charlier, médecin légiste et ostéo-archéologiste, célèbre pour avoir démêlé plusieurs énigmes historico-médicaux (voir article DocBuzz), qui réalisa les examens d’authentification.

La tête retrouvée était de couleur brune claire, la bouche était ouverte, les yeux partiellement clos.La conservation était excellente. Les tissus extérieur et les organes intérieurs étaient bien conservés.Deux anomalies présentes sur les portaits d’Henry IV étaient présentes sur la tête, une naevus sur la face droite du nez et une trou de boucle d’oreille à l’oreille droite. Sur la mâchoire supérieure, une atteinte osseuse de quelques millimètres correspondant à la blessure infligée par Jean Chatel lors d’une tentative d’assassinat perpétrée le 27 décembre 1594 était retrouvé. La tête prossédait encore de nombreux cheveux ainsi que les traces d’une moustache et d’une barbe. Les dents étaient considérablements altérée et de nombreuses dents étaient tombées avant la mort du possesseur de la tête.

La datation au carbone 14 situait la tête entre 1450 et 1650. Il n’a pas été possible de retrouver de l’ADN mitochondrial qui aurait permis de comparer le génome de la tête à d’autres reliques du roi ou de ses descendants. Des dépôts grisâtres retrouvés sur la tête correspondait à des moulages ; plusieurs moulage de la tête d’Henry IV avaient été réalisés, en 1610, le jour de sa mort, en 1793, lors de sa décapitation posthume puis par Joseph-Emile Bourdais. Une reconstruction du visage par ordinateur a partir de la tête, permis de le comparer au moulage de la face d’henry IV réalisée juste après sa mort. Les visages correspondaient tout à fait.

Le cerveau était présent dans la tête ainsi que toutes les structures généralement détruites au cours d’une autopsie. Les dernières volonté du roi avaient été respectées et son corps embaumé selon une technique particulière dite “de style italien” (voir les vidéos et les photos sur le site du BMJ). De nombreuses herbes ont été retrouvée dans la bouche de la tête correspondant aux végétaux déposés là pour limiter les remontées d’odeurs incommodantes.

Les scientifiques concluent que la tête retrouvée chez le retraité passionné d’histoire est bien la tête d’Henry IV. Elle a été rendue aux descendants du roi et devrait prochainement retrouver une place en la basilique de Saint Denis.

En janvier 2011, l’historien Philippe Delorme conteste ces conclusions.

source

Multidisciplinary medical identification of a French king’s head (Henri IV)

Philippe Charlier, Isabelle Huynh-Charlier, Joël Poupon, Christine Keyser, Eloïse Lancelot, Dominique Favier, Jean-Noël Vignal, Philippe Sorel,Pierre F Chaillot, Rosa Boano, ,Renato Grilletto,Sylvaine Delacourte,Jean-Michel Duriez,Yves Loublier,Paola Campos,Eske Willerslev, M T P Gilbert, ,Leslie Eisenerg, fBertrand Ludes, Geoffroy Lorin de la Grandmaison
BMJ 2010; 341:c6805

Télécharger l’article intégral en PDF

Articles sur le même sujet