vendredi 30 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Une mauvaise alimentation favorise t-elle la démence? Le régime méditerranéen réduit ce risque

La consommation régulière  d’aliments tels que les poissons ou les légumes a montré qu’elle était bénéfique pour ralentir un déclin cognitif. Une équipe de scientifiques de l’Institut National du Vieillissement de Chicago a évalué l’intérêt de deux types d’habitudes alimentaires sur le déclin cognitif, le régime méditerranéen et le régime recommandé par les autorités fédérales américaiones en 2005, le Healthy Eating Index.

Le régime méditerranéen comporte une alimentation qui privilégie le poisson, les légumes, les fruits, le vin, l’huile d’olive et réduit les apports en viande rouge. Le Healthy Eating Index a été créé par le ministère de l’agriculture américain. Il recommande un certain nombre d’aliments et permet d’évaluer leur consommation par un système de points : il privilégie une réduction de la consommation de sel et de graisses saturées, favorise la viande et les haricots, le lait, les céréales complètes, les légumes verts et les fruits. Il donne proportionnellement moins d’importance au poisson au profit de la viande, ainsi qu’aux légumes et au vin.

Les scientifiques ont voulu évaluer quel régime était le plus favorable à une réduction du déclin cognitif. Ils ont recruté environ 4000 personnes âgés de 65 ans et plus, afin de collecter leurs habitudes alimentaires. Ces habitudes permettaient d’évaluer l’adhérence au régime méditerranéen ou au Health Eating Index. Le  bilan cognitif de chaque participant, basé sur la mémorisation de mots simples et des calculs mathématiques, était réalisé tous les 3 ans.

Les patients ayant maintenu au cours de l’étude un régime proche du régime méditerranéen bénéficiaient d’un maintient plus prolongé d’un meilleur bilan cognitif. Autrement dit le régime méditerannéen en comparaison au régime recommandé par le ministère de l’agriculture américain retarde significativement le déclin cognitif. Les résultats sont significatifs également après ajustement en fonction de l’âge, du sexe, de l’ethnie, de l’éducation, et de la participation à des activitées sociales.

Ces résultats ont des conséquences pratiques. Prenons deux adultes du même âge ayant 10 points d’écart sur  leur adhérence au régime méditerranéen : celui qui est le plus adhérent au régime méditerranéen conserve une capacité cognitive plus jeune de 3 ans par rapport à celui qui le privilégie moins, explique le premier auteur de l’article, le Dr Christine C Tangney.

Les hypothèses proposées par les auteurs pour expliquer cette différence de bénéfices entre les deux régimes repose sur l’intérêt protecteur du vin, la réduction du stress oxydatif et de l’inflammation, deux phénomènes jouant un rôle dans la survenue d’une maladie d’Alzheimer par exemple.

Ainsi le régime méditéranéen qui a déjà démontré ses vertues pour la prévention de nombreuses pathologies montre ici un avantage certain dans la prévention du déclin cognitif cérébral. “Incorporer plus de légumes, plus d’huile d’olive, de poisson et un peu de vin, en ajoutant à cela de l’activité physique régulière, c’est bon pour nos cerveaux vieillissant” conclue Christine C Tangney.

Source

Adherence to a Mediterranean-type dietary pattern and cognitive decline in a community population
Christine C Tangney,Mary J Kwasny,Hong Li,Robert S Wilson,Denis A Evans,Martha Clare Morris
Am J Clin Nutr December 2010ajcn.007369

Crédit Photo Creative Commons by Amplified-Photography

Articles sur le même sujet