dimanche 25 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le lait maternel riche en acides gras d’origine bovine réduit de 76% le risque d’eczéma chez l’enfant

Les enfants nourris avec un lait maternel plus riche en acides gras d’origine bovine et en acides gras oméga-3 ont à 1 an, moins de risque de développer un eczéma, montre une étude réalisée aux Pays-Bas.

Des études précédentes avaient suggérées que l’apparition de maladies allergiques, comme l’eczéma, pouvait être liée à un apport faible en oméga-3 au cours de la période périnatale. Cependant, cette hypothèse n’explique pas l’effet protecteur des produits laitiers non écrémés ou du taux élevé d’acides gras oméga 3 dans le lait maternel. Le but de cette étude était d’évaluer le sensibilité allergique des enfants en fonction de ce qu’ils absorbaient comme acides gras dans le lait de leur mère.

Les scientifiques ont travaillé avec les données de 312 couples mères-enfants. La composition en acides gras du lait maternel a été analysée un mois après la naissance de l’enfant. Les enfants ont été suivis jusqu’à 2 ans.

Les analyses des laits maternels montrent que les 166 femmes ayant un mode de vie “alternatif” (alimentation “bio”, allaitement prolongé) ont des acides gras oméga-3 ainsi que des acides gras ruméniques et vaccéniques (acides gras issus de la fermentation ruminale qui transforme les acides gras polyinsaturés ingérés vers des formes plus saturées, c’est en mangeant des produits laitiers que la maman les acquiert) en plus grande quantité que les 146 femmes suivant un mode de vie conventionnel.

A 2 ans, 25% des enfants présentaient une sensibilisation allergique. Chez quels enfants ces maladies allergiques étaient les plus fréquentes ?

Les laits maternels contenant les plus hautes concentrations en acides gras oméga 3 et en acide gras provenant des vaches étaient associées à une réduction du risque d’eczéma chez les enfants ainsi qu’à une réduction de la dermatite atopique et de la sensibilité allergiques au lait de vache, aux œufs et aux arachides. L’effet bénéfique des acides gras provenant des vaches était indépendant de l’effet bénéfique des acides gras oméga 3.

Ainsi, plus le taux d’acides gras dans le lait maternel est élevé, plus le risque de dermatite atopique est faible chez l’enfant: celui-ci est réduit de 76% chez l’enfant à 2 ans pour les taux les plus élevés (de 0,78 à 2,55 mg/100 mg) des principaux acides gras oméga-3 dans le lait maternel par rapport aux taux les plus bas (de 0,30 à 0,56 mg/100 mg).

Concernant les acides gras provenant des ruminants, le risque de dermatite atopique à 2 ans est diminué de 66% pour les taux les plus élevés d’acide ruménique (0,28 mg/100 mg) par rapport aux plus bas (0,01 à 0,2 mg/100 mg). Pour l’acide vaccénique, une baisse de 77% est observée pour les taux de 0,44 à 0,57 mg/100 mg (les taux les plus élevés étant de 0,47 à 1,66 mg/100 mg) par rapport aux taux les plus bas (0,08 à 0,34 mg/100 mg).

Cette étude confirme le rôle protecteur des acides gras provenant des ruminants, dans la prévention des maladies atopiques. Elle est la première à démontrer chez l’homme les effets bénéfiques des acides gras provenant des ruminants, indépendamment des acides gras oméga-3.

Source

Fatty acids in breast milk and development of atopic eczema and allergic sensitisation in infancy
C. Thijs, A. Müller, L. Rist, I. Kummeling, B. E. P. Snijders, M. Huber, R. Van Ree, A. P. Simões-Wüst, P. C. Dagnelie, P. A. Van Den Brandt
Allergy, vol.66, n°1, p58-67

Crédit Photo Creative Commons by Jimmy Legrand

Articles sur le même sujet