samedi 1 octobre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Un médecin peut-il avoir un compte Facebook?

Pour un médecin, avoir un profil sur Facebook, peut compromettre ses relations avec ses patients, du fait de la divulgation de données privées, selon une étude menée en France et publiée dans la revue médicale The Journal of Medical Ethics. Les auteurs ont menée l’étude en envoyant des questionnaires à 405 internes en médecine ou chefs de cliniques de l’université de Rouen.

La moitié des médecins (202) ont accepté de retourner le questionnaire rempli. Parmi eux, Les trois quarts des médecins ont reconnu avoir un profil sur Facebook. 8 sur 10 avaient créé ce profil il y a plus d’un an. Ceux qui avaient un profil étaient en général plus jeunes que ceux n’en possédant pas. 24% se connectaient sur leur profil plusieurs fois par jour, 49% au moins une fois par jour ou au moins plusieurs fois par semaine.

La moitié des médecins interrogés pensent que la relation médecin malade pourrait être modifiée si les patients découvraient leur profil, mais seulement, pense la majorité, si les patients ont effectivement un accès complet à leur profil. D’ailleurs 85% disent refuser lorsqu’un patient leur envoie une requête pour devenir un “ami”, et 15% disent qu’ils pourraient accepter la requête en fonction des circonstances.

Pourtant la grande majorité révèle ses données personnelles sur le site : 97% se sont inscrit sous leur vrai nom, 91% ont ajouté leur photographie, 59% l’endroit où ils travaillent et 55% leur exact position professionnelle. Cependant, le réglage par défaut de la vie privée a été modifié par 61% des utilisateurs et d’autant plus qu’ils utilisaient le site Facebook depuis plus d’un an.

Pour l’instant seulement 6% disent avoir reçu une telle requête de la part d’un patient et quatre médecins disent en avoir accepté une. Les arisons qu’ils donnent pour avoir accepté sont d’avoir ressenti une affinité avec le patient, d’avoir eu peur de l’embarrasser, ou encore d’avoir eu peur de le perdre comme patient.

Pour ceux qui ont refusé, ils l’expliquent par la nécessité de conserver une distance professionnelle, ou par la crainte que cette demande du patient soit un premier pas vers une relation romantique.

“Cette nouvelle forme de relation provoque une situation problématique vis-à-vis de ‘éthique médicale car elle n’a aucun lien avec les soins médicaux à apporter à un patient” explique les auteurs. “En plus, la mise en ligne d’informations privées par un médecin peut altérer la confiance mutuelle qui doit prévaloir au sein de la relation médecin malade, en particulier si le malade à accès à ces informations”

Et ils mettent en garde : “Les médecins doivent se rappeler que les commentaires et les photographies mises en ligne peuvent être mal interprétées en dehors de leur contexte original, ne reflétant ni l’opinion, ni la conduite habituelle du médecin. Il faut également garder à l’esprit qu’une information mise en ligne peut à tout moment devenir visible par tous”.

Source

Facebook activity of residents and fellows and its impact on the doctor-patient relationship
G. Moubarak, A. Guiot, Y. Benhamou, A. Benhamou, S. Hariri
Journal of Medical Ethics, 2010; DOI: 10.1136/jme.2010.036293

Articles sur le même sujet