samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les patients HIV+ plus à risque d’accidents vasculaires cérébraux

Le nombre de patients HIV+ ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) a considérablement augmenté ces dernières années, montre une étude publiée dans la revue Neurology.

Les données statistiques concernant le risque d’accident vasculaire cérébral des patients VIH+ sont rares, en particulier chez ceux traités par des combinaisons d’antirétroviraux. Ces médicaments ont permis d’allonger considérablement la vie des patients mais pourraient induire un risque vasculaire. En effet, les antirétroviraux ont pour effets secondaires d’augmenter le cholestérol et les triglycérides ce qui pourrait favoriser des accidents vasculaires.

Les docteurs Bruce Ovbiagele et Avindra Nath ont donc entrepris un recueil de tous les patients hospitalisés entre 1997 et 2006 aux Etats-Unis, chez qui, un diagnostic d’accident vasculaire cérébral a été posé. C’est justement en 1997 que de nouveaux antirétroviraux ont commencés à être plus largement utilisés.

Au sein de cette population ayant souffert d’un AVC, ils ont pu évalué la variations de fréquence de la maladie parmi les patients VIH+ et les autres entre 1997 et 2006. Les auteurs ont considéré les accidents vasculaires cérébraux ischémique, causés par l’obturation d’une artère cérébrale, et les accidents vasculaires hémorragiques, causés par le saignement d’une artère cérébrale.

En 1997, les patients VIH représentaient 0,09% des hospitalisations pour AVC tous types confondus. En 2006, ils représentaient 0,15% de cette population. Et alors que le nombre total d’hospitalisations pour AVC a régressé de -7% dans le pays durant cette période, celui des patients VIH+ hospitalisé pour un AVC a cru de +60% (de 888 patients à 1425 patients).

Ce sont surtout les AVC ischémiques qui ont doublé, alors que la proportion d’AVC hémorragiques restait stable. L’âge de survenue est également plus précoce chez les patients VIH+, aux alentours de 48 ans (il était de 43 ans en 1997) contre 65 ans dans la population générale. Le risque absolu reste cependant faible. Certains facteurs associés au VIH augmentent le risque d’accident vasculaire tels la démence, une maladie du foie, des reins ou un cancer.

La prévention des AVC doit dorénavant être mieux prise ne compte par les soignants et les patients, en faisant en particulier attention à l’alimentation et au contrôle des facteurs de risque cardiovasculaires tels qu’une hypertension par exemple. Cette étude ne permet pas de déduire une implication des traitements antirétroviraux.

Source

Increasing incidence of ischemic stroke in patients with HIV infection
Bruce Ovbiagele,Avindra Nath
Neurology Published online before print January 19, 2011

Crédit Photo Creatibve Commons by Donna Cymek

Articles sur le même sujet