dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Prendre les transports en commun augmente le risque d’avoir une infection respiratoire aiguë (grippe)

Vous avez 6 fois plus de risques de souffrir d’une infection respiratoire aiguë si vous avez récemment pris le bus ou le métro, surtout si vous ne le prenez qu’occasionnellement. Cette étude a été réalisée par des scientifiques de l’université de Nottingham en connexion avec le service des transports publics  dans le but de déterminer un éventuel risque d’attraper une infection respiratoire en utilisant leurs transports en commun. Elle a été publiée dans la revue BMC Infectious Diseases.

L’auteur principal de l’étude, le Dr Jonathan Van Tam, explique qu’ ” il s’agit d’une petite étude qui demande confirmation avec de nouveaux travaux”, mais que, “cependant les résultats démontrent la nécessité d’améliorer les règles sanitaires dans les transports en communs, en particulier au cours de la période hivernale lorsque les virus circulent afin d’éviter si une personne est malades, qu’elle ne contamine d’autres personnes”.

L’étude a été réalisée pendant la saison hivernale 2008-2009 au cours de laquelle est survenue, comme d’habitude, une épidémie de grippe. Cent trente huit patients venus consulter leur médecin entre le 2 décembre et le 15 janvier ont accepté de participer à l’étude. Ils ont rempli un questionnaire sur leur utilisation des transports en communs, en particulier dans les 5 jours précédents leur consultation. 72 patients avait un syndrome respiratoire aigu lié au virus grippal et 66 patients une autre pathologie respiratoire non aiguë.

Les résultats montrent que le fait d’avoir pris un transport en commun dans les 5 jours précédents la survenue des symptômes était associé à une multiplication par 6 du risque de consulter un médecin pour des symptômes respiratoires aiguës. Ce risque était modifié, mais de manière non significative, en fonction d’une utilisation régulièrement ou non des transports en commun , suggérant que ceux qui prennent plus de 3 fois par semaine ces transports en commun sont moins à risque que ceux les prenant de 1 à 3 fois par semaine.

Ce lien entre la prise des transports en commun, qui favorise bien évidemment la promiscuité et donc les contaminations respiratoires interhumaines en particulier au cours des épidémies de grippe, n’est pas encore suffisamment compris ni étudié. Une hygiène respiratoire par exemple le port d’un masque par les personnes se sachant atteinte d’une grippe peut être utile à réduire se risque de contamination interhumaine. L’hygiène des mains, est également importante.

Source

Is public transport a risk factor for acute respiratory infection?
Joy Troko, Puja Myles, Jack Gibson, Ahmed Hashim, Joanne Enstone, Susan Kingdon, Chris Packham, Shahid Amin, Andrew Hayward and Jonathan Nguyen-Van-Tam.
BMC Infectious Diseases, 2011; 11: 16

Crédit Photo Creative Commons by JorGe Loor Bowen

Articles sur le même sujet