lundi 5 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

La pleine lune influence t-elle les crimes?

William Shakespeare l’évoque “It is the very error of the moon; She comes more near the earth than she was wont, and makes men mad” (Othello, Act V, Scène II), le public en est convaincu depuis des siècles, lorsque la lune se rapproche de la terre et devient pleine, elle influence les hommes et en particulier le mauvais côté de certains d’entre eux.

L’ayant même entendu de nombreux confrères et collègues policiers, des chercheurs du département de criminologie de l’Illinois, ont décidé de mener l’enquête. Ils ont étudié le lien qui pouvait exister entre la lune et la survenue de crimes sur une durée de 5 années, une durée bien assez longue pour retrouver un lien si celui-ci existe.

Mais d’abord comment la Lune pourrait-elle influencer l’homme et le pousser au crime?  Force est de reconnaitre que déjà sur ce point, les évidences restent faibles. Les cycles lunaires favoriseraient des comportements déviants. Cependant, une lune pleine doit faire réfléchir celui qui prépare un mauvais coup. La lumière projetée sur la terre par la lune lorsqu’elle est pleine devrait même faire reporter une action au cours de laquelle le criminel deviendrait trop visible.

Jusqu’alors toutes les études menées sur le sujet n’ont pas abouti à montrer une influence de la lune. S’il est vrai que certaines ont pu relier la perpétuation d’un crime particulier à un moment spécifique du cycle lunaire, il faut aussi avouer que ces études n’étaient pas contrôlées (grande faiblesse statistique), et souvent de durées réduites.

En fait, la science a pour l’instant été incapable de relier à la position de la lune dans le ciel, les agressions au cours d’incarcération, les évasions, le recours aux hôpitaux psychiatriques, l’hospitalisation pour morsures, l’appel du 17, les agressions de joueur de hockey sur glace, les accidents automobiles, les suicides, et les meurtres.

Un statisticien Belge, Adolphe Quételet retrouva une saisonnalité dans la perpétuation de certains crimes ; les crimes contre les personnes sont surtout commis l’été et les crimes contre les biens sont surtout commis l’hiver, retrouvait-il. Plusieurs études universitaires menées aux Etats-Unis retrouvaient exactement le contraire. Et si toutes les études obtiennent des résultats contradictoires, c’est parce que les méthodologies utilisées sont souvent de faible qualité. D’où la nécessité d’une véritable étude scientifique, la voici.

Pour évaluer l’influence potentielle de la lune, une analyse des crimes commis la nuit a été réalisée, avec un ajustement en fonction de la température extérieure et de la météo, deux critères pouvant influencer le comportement humain. L’analyse statistique a été réalisée sur une durée de 1826 nuits, soit 5 années environ, qui ont compté 225 000 rapports de police annuels. Les crimes ont été séparés en 7 catégories selon la classification de la police ; violence contre les personnes, cambriolage, vol, drogue/vice, trafic, trouble public, et autres crimes. Enfin, la survenue de ces crimes a été corrélée aux phases lunaires.

Bien qu’ancrée dans la croyance populaire, ces résultats ne retrouvent pas d’influence des phases lunaires et en particulier de la pleine lune sur le comportement criminel humain. Cette étude confirme cependant l’influence de plusieurs facteurs sur la criminalité. Les week-ends sont plus propices aux crimes pris dans leur ensemble, ainsi que les températures extérieures élevées. En revanche, pendant les mois d’hiver et les jours pluvieux, la criminalité décroit sur l’ensemble de la ville où a été menée l’étude, sauf au sein des quartiers et de rues animées.

Source

Bad moon on the rise? Lunar cycle and incidents of crime
Joseph A. Schafer, Sean P. Varano, John P. Jarvis, Jeffrey M. Cancino
Journal of Criminal Justice Volume 38, Issue 4, July-August 2010, Pages 359-367

Crédit Photo Creat!ive Commons by D Guillaume

Articles sur le même sujet