lundi 26 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Quelle est la meilleure technique de reconstruction mammaire après mastectomie pour cancer du sein? Les patientes donnent leur avis.

“La satisfaction des patientes représente l’objectif principal de la reconstruction mammaire et constitue de ce fait un excellent critère d’évaluation” écrivent les auteurs de cette étude publiée dans “Les annales de chirurgie plastique et esthétique”.

Il existe diverses techniques de reconstruction mammaire, sans qu’aucune n’ait montré de supériorité particulière. Les auteurs du service de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique des hôpitaux universitaires de Strasbourg ont donc voulu comparer les 4 principales techniques selon l’avis des patients qui en ont bénéficié.

127 patientes opérées par l’équipe entre 1984 et 2007 ont accepté de participer à l’étude. 62 avaient eu une irradiation avant la reconstruction mammaire. L’âge moyen des femmes était de 49 ans. 107 patientes ont eu une chirurgie unilatérale et 20 une chirurgie bilatérale. Des chirurgies de symétrisation ont été nécessaires pour 96 des 107 reconstructions mammaires. Ainsi l’évaluation portera sur 147 opérations.

Les différentes techniques utilisées ont été :
– le lambeau musculo-cutané de grand dorsal associé à une prothèse mammaire (47 cas, 32%),
– le lambeau musculo-cutané de grand dorsal autologue (20 cas, 14%),
– le lambeau musculo-cutané de grand droit de l’abdomen (22 cas, 15%),
– la prothèse mammaire seule (58 cas, 32%).
(visualiser des iconographies des techniques opératoires)

Au total 105 prothèses ont été utilisées, 45 contenant du silicone et 60 du sérum physiologique. Les patientes ont exprimé leur avis dans un questionnaire et avaient 4 possibilité de réponse pour chacune des questions :  (1) très déçue, (2) déçue, (3) satisfaite, (4)  très satisfaite.

Globalement, concernant la reconstruction mammaire dont elles avaient bénéficié, 35% étaient très satisfaites, 54% satisfaites, 11% déçues et 4% très déçues. La comparaison des différentes techniques montrait un avantage significatif pour la technique dite du lambeau musculo-cutané de grand droit de l’abdomen, suivi de celle du lambeau musculo-cutané de grand dorsal autologue, puis du lambeau musculo-cutané de grand dorsal autologue avec prothèse, la prothèse seule remportant le plus faible suffrage.

La technique du lambeau musculo-cutané de grand droit de l’abdomen (encore appelé TRAM Flap), comportait par ailleurs le plus grand nombre de patientes très satisfaites (68%) et satisfaites (32%). C’est la seule technique  pour laquelle aucune femme ne se déclarait pas, déçue ou très déçue.

Les satisfactions à moyen terme ont été comparées avec les satisfactions à long terme, c’est à dire de plus de 5 ans, sans révéler de différence significative, sauf pour les reconstructions avec prothèse seule pour lesquelles la satisfaction s’amenuise avec le temps. L’antécédent d’irradiation a un effet négatif sur les résultats de satisfaction des patientes ayant bénéficié d’une reconstruction par prothèse seule.

Si d’autres études n’avaient pas trouvé de différences entre les techniques par lambeau et par prothèses, lorsqu’une étude en retrouve une, elle est toujours en faveur de la reconstruction par lambeau autologue en comparaison aux prothèses.

Ainsi, a long terme, la différence de satisfaction des patientes viendra tout d’abord du type de chirurgie qui aura été pratiqué, les lambeaux autologues donnant plus de satisfaction que les prothèses. La satisfaction viendra  aussi  de l’existence ou non d’une irradiation préalable à la chirurgie, qui dégrade le niveau moyen de satisfaction des patients. L’irradiation du thorax abime les tissus et complique la reconstruction mammaire. Dans l’étude, elle est un facteur significatif d’insatisfaction des patientes ayant eu une pose de prothèse. L’effet de l’irradiation préalable semble moins défavorable en cas d’utilisation d’un lambeau.

Par ailleurs, le caractère immédiat ou différé de l’opération, par rapport à la mastectomie, n’a pas eu d’influence sur la satisfaction des patients.

Source

Quel est la palmarès des techniques de reconstruction mammaire à long terme?
F. Bodin, S. Zink, J.-C. Lutz, V. Kadoch, A. Wilk, C. Bruant-Rodier
Annales de Chirurgie Plastique Esthétique Volume 55, Issue 6, December 2010, Pages 547-552

Tableau : “The Agnew Clinic,” by Thomas Eakins, 1889.

Articles sur le même sujet