mardi 6 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Dans 5 ans, un nouveau vaccin universel contre la grippe sera prêt

Des scientifiques anglais du Jenner Institut ont exposé aujourd’hui les premiers résultats menés chez l’homme d’une étude de phase 1 d’un nouveau vaccin contre la grippe. Ce vaccin a la prétention de permettre une prévention beaucoup plus durable contre l’ensemble des virus de la grippe actuellement connus, en particulier en déclenchant une immunité cellulaire.

Au cours des premières expérimentations menées chez la souris, le furet et le singe, des scientifiques ont utilisé un processus d’immunisation en deux étapes afin de générer des anticorps actifs contre l’infection virale capable d’attaquer les différents types de virus de la grippe. Actuellement les vaccins contre la grippe proposés sur le marché ciblent des hémagglutinines présentes à la surface des virus mais ne stimulent pas de production d’anticorps neutralisant. C’est la raison pour laquelle il faut une nouvelle injection chaque année d’un vaccin composé à partir des virus que l’on suppose capables d’émerger au cours de l’hiver suivant. Le nouveau vaccin cible des protéines situées à l’intérieur de la capside virale et non plus en surface, en particulier des nucléoprotéines et une protéine de la matrice (matrix protein 1). Ces protéines sont identiques chez tous les virus de la grippe et ont peu de risque de muter. Ainsi, une seule injection de ce nouveau vaccin pourrait permettre d’être immunisé contre la grippe quelque soit le virus (A,B,C..) et ce pendant des années. Ce nouveau vaccin accroît la production de lymphocytes T, produisant une immunité cellulaire. Ce sont maintenant des résultats menés chez l’homme qui sont présentés par l’équipe de Sarah Gilbert de l’université d’Oxford.

Dr Sarah Gilbert, qui a dirigé les recherches, a évalué le vaccin chez 28 volontaires sains, âgés de 18 à 50 ans. Les volontaires ont été divisés en 3 groupes qui ont reçu le vaccin à des doses et selon des voies d’administration différentes, en sous cutané ou en intramusculaire.

Ils ont ensuite été infectés par un virus grippal H3N2. L’évaluation de la protection engendrée par le vaccin a été comparé grâce à un groupe de 11 autres patients non vaccinés et également infectés par le même type de virus grippal. Les volontaires ayant reçu le vaccin ont développé une réponse immunitaire forte contre le virus avec en particulier une activation de lymphocytes T producteurs d’antigènes spécifiques (lymphocytes T CD4+ et CD8+). Moins de patients vaccinés ont développé une grippe suite à l’infection par le virus H3N2. Des essais cliniques à plus grande échelle sont dorénavant nécessaires pour confirmer l’efficacité sur une grande population et évaluer l’existence d’effets secondaires du vaccin (5 patients de l’étude, en particulier ceux ayant reçu de fortes doses de vaccin ont présenté des douleurs au point d’injection, des nausées, des vomissements ou un malaise). La dose minimale la plus efficace doit également être déterminée par ces futures études.

Le DR Sarah Gilbert a expliqué que le futur vaccin devrait arriver sur le marché dans environ 5 années. L’Institut Jenner de l’université d’Oxford auquel appartient le Dr Gilbert recherche des partenaires afin de financer les phases II et III du développement du vaccin universel.

L’institut Jenner recherche des volontaires en Angleterre pour poursuivre les expérimentations.

Source

Potent CD8+ T-Cell Immunogenicity in Humans of a Novel Heterosubtypic Influenza A Vaccine, MVA−NP+M1
Tamara K. Berthoud,Matthew Hamill,Patrick J. Lillie,Lenias Hwenda,Katharine A. Collins,Katie J. Ewer,Anita Milicic,Hazel C. Poyntz,Teresa Lambe,Helen A. Fletcher,Adrian V. S. Hill, Sarah C. Gilbert
Clin Infect Dis. (2011) 52 (1): 1-7.doi: 10.1093/cid/ciq015

Influenza Vaccines for the Future
Linda C. Lambert, Ph.D., and Anthony S. Fauci, M.D
N Engl J Med, 2010; 363:2036-2044; November 18, 2010

Articles sur le même sujet