mercredi 28 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

La perte d’audition peut précéder la survenue d’une démence

Les personnes âgées qui présentent une perte d’audition sont plus à risque de développer une démence, et ce d’autant plus que la perte d’audition s’accroit, révèle une étude menée par le département d’otorhinolaryngologie du l’université de médecine Johns Hopkins et publiée dans la revue Archives of Neurology.

En 2050, on estime qu’une personne sur 85 dans le monde sera atteint d’une démence, soit environ 100 millions d’individus. Toute prise en charge préalable permettant ne serait-ce que de retarder la survenue d’une démence d’une année, entrainerait une diminution de 10% des démences, expliquent les auteurs en introduction de leur article. Et aujourd’hui, avec les moyens dont nous disposons, il semble plus abordable de retarder cette survenue. Les moyens actuellement identifiés comme favorisant la survenue d’une démence, sont le faible niveau d’activité de loisirs, la faible implication sociale, la sédentarité, le diabète et l’hypertension artérielle.

Afin d’évaluer si une perte d’audition pouvait être considérée comme un facteur de risque de la survenue d’une démence, contre laquelle il pourrait alors être possible de lutter, le Docteur Frank R. Lin, de l’université Johns Hopkins de Baltimore, et ses collègues, ont suivi 639 volontaires âgés de 36 à 90 ans. Ces patients n’avaient pas de démence au début de l’étude. Ils ont suivi des tests d’audition et des tests d’évaluation cognitive entre 1990 et 1994 et ont ensuite été surveillés jusqu’en 2008 afin d’évaluer la survenue d’une démence et d’une maladie d’Alzheimer.

Au début de l’étude, chez 125 d’entre eux, a été détectée une perte d’audition légère (25 to 40 décibels), 53 avaient une perte d’audition moyenne (41 to 70 décibels) et 6 une perte d’audition sévère  (more than 70 décibels). Au cours des 11 années de suivi, une démence a été diagnostiquée chez 58 d’entre eux. Il s’agisait d’une maladie d’Alzheimer chez 57 d’entre. Les analyses statistiques ont tenu compte de l’âge, du sexe, de la race, du niveau d’éducation, d’un tabagisme, de l’existence d’un diabète ou d’une hypertension.

Les auteurs mettent en évidence que le risque de survenue d’une démence est favorisé par l’existence d’une diminution des capacités auditives : ce risque est effectivement augmenté de 89% chez une personne présentant une diminution de l’audition légère en comparaison à une personne à l’audition normale. Il est augmenté de 300% chez une personne présentant une perte auditive moyenne et de 500% chez une personne présentant une perte auditive sévère, toujours en comparaison avec une personne à l’audition normale. Le risque augmente globalement de 20% pour chaque diminution de l’audition de 20 décibels.

Le risque de démence retrouvé au sein de la population étudiée apparait dès qu’une diminution de l’audition atteint 25 décibels, avec un accroissement du risque d’autant plus important que l’audition régresse. Chez les patients de plus de 60 ans, plus d’un tiers du risque de survenue d’une démence est associé à la perte d’audition.

Selon les auteurs, la perte auditive peut être liée à la démence potentiellement par un épuisement des réserves cognitives, une isolation sociale, une déafférentation environnementale (interruption des sensations provenant des voies nerveuses afférentes), ou une association de chacun d’entre eux.

Sachant que la perte auditive chez la personne âgée est une pathologie qui peut parfois être prévenue ou améliorée par différentes techniques (appareillage), cette étude pourrait avoir des implications importantes pour retarder la survenue d’une démence. Par ailleurs, devant l’accroissement du nombre de personnes souffrant d’une diminution de l’audition, la physiopathologie de survenue de ces troubles et leurs liens avec une démence devraient faire l’objet de nouvelles investigations scientifiques.

Source

Hearing Loss and Incident Dementia
F. R. Lin, E. J. Metter, R. J. O’Brien, S. M. Resnick, A. B. Zonderman, L. Ferrucci
Archives of Neurology, 2011; 68 (2): 214 DOI:10.1001/archneurol.2010.362

Crédit Photo Creative Commons by Glamhag

Articles sur le même sujet