dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Dysfonction érectile? Et si c’était à cause d’un anti-inflammatoire?

Les hommes qui prennent un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) 3 fois par jour durant au moins 3 mois ont un risque de dysfonction érectile augmenté d’un facteur 2,4 par rapport aux hommes du même âge n’en consommant pas, démontre une étude publiée dans la revue médicale The Journal of Urology.

Alors que des études précédentes avait fait suspecter ce lien, des scientifiques ont analysé une base de donnée de 80 966 hommes de 45 à 69 ans qui ont répondu à un questionnaire.

Au total, 47.4% des hommes consommaient des AINS et 29.3% reconnaissaient une dysfonction érectile modérée ou sévère. Ces valeurs se modifiaient beaucoup en fonction de l’âge : 34.5% des hommes de 45 à 49 ans consommaient des AINS et ce pourcentage augmentait jusqu’à 54,7% parmi les  60-69 ans. Pour les mêmes tranches d’âges une dysfonction érectile existait chez 13% des hommes de 45 à 49 ans et jusqu’à 42% des hommes de 60-69 ans.

En éliminant les facteurs de risque de dysfonction érectile que sont l’âge,  le tabagisme, l’hypertension artérielle, le diabète, le surpoids, le cholestérol ou l’existence d’une maladie cardiaque, les scientifiques retrouvent que le risque persiste malgré tout, mais plus faiblement, avec une fréquence augmentée de 1,4 chez les consommateurs d’AINS.

“Cette étude est un  bon exemple de la manière dont nous devons travailler pour mieux comprendre la sécurité d’emploi et l’efficacité de ce que nous prescrivons à nos patients” analyse le docteur Steven Jacobsen, un des auteurs : “Lorsque nous avons lancé ce travail nous étions persuadés de trouver l’effet inverse parce que certains AINS  protègent des maladies cardiaques qui sont aussi un des facteurs de risque de dysfonction érectile. Il reste maintenant à aller un peu plus loin pour comprendre pourquoi les AINS agissent ainsi”.

La dysfonction érectile est un problème assez fréquent touchant 5% des quarantenaires et 15 à 25% des plus de 65 ans. Les auteurs mettent en garde que ces résultats ne doivent pas faire arrêter un traitement par AINS, qui ont des bénéfices prouvés. En revanche si un homme se plaint de dysfonction érectile alors qu’il prend régulièrement un AINS, il faut qu’il en parle à son médecin.

Regular Nonsteroidal Anti-Inflammatory Drug Use and Erectile Dysfunction
Joseph M. Gleason, Jeffrey M. Slezak, Howard Jung, Kristi Reynolds, Stephen K. Van Den Eeden, Reina Haque, Virginia P. Quinn, Ronald K. Loo, Steven J. Jacobsen
The Journal of Urology Received 20 January 2010 published online 21 February 2011.
Corrected Proof

Crédit Photo Creative Commons by fonticulus

Articles sur le même sujet