dimanche 25 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Pourquoi apprenons-nous mieux en dormant?

Les scientifiques sont longtemps restés perplexes sur les longues heures que nous passons dans un sommeil sans rêve.  Une étude de l’université de Berkeley, suggère que nous sommes occupés à recharger nos capacités d’apprentissage au cours de cette phase de sommeil. Les enregistrements des ondes cérébrales tendent à montrer que des communications destinées à préparer un passage au savoir nouveau, se mettent en place. Ces impulsions électriques aide au passage de l’information de l’hippocampe où la place de stockage est limitée vers le cortex préfrontal, le “disque du” de notre cerveau où les informations sont conservées, libérant ainsi de la place pour une nouvelle arrivée d’informations dès le réveil.

“Toutes les pièces de ce puzzle nous délivrent un scénario cohérent : que ces vagues d’ondes prédisent un rafraichissement du savoir” explique Matthew Walker, un des auteurs de l’étude. L’étude montre que ces vagues d’ondes cérébrales surviennent au cours de la phase 2 du sommeil, une phase qui précède celle où l’on enregistre les mouvements oculaires rapides pendant laquelle surviennent les rêves. Cette phase 2, dite de sommeil sans rêve, compte environ pour la moitié de notre sommeil et survient en deuxième partie de nuit : “Ces vagues d’ondes surviennent  dans la seconde moitié de notre sommeil, c’est à dire que si vous dormez 6 heures, vous ne pouvez pas vous recharger assez, et votre capacité d’apprentissage le lendemain sera réduite” explique Bryce Mander, le principal auteur de l’étude.

Cette découverte confirme l’importance du sommeil pour tous ceux qui sont à l’école où à l’université, quand la nécessité d’enregistrement d’une quantité importante de savoir est primordiale. Ainsi une heure de coucher tardive et un réveil précoce empêche une durée de sommeil suffisante. Les adultes passent environ 30% de leur vie à dormir. Si pour l’instant aucun consensus n’est apparu pour expliquer pourquoi l’être humain a autant besoin de sommeil, des études précédentes ont montré qu’une bonne nuit de sommeil nous aide à réguler notre humeur et à faire face aux émotions, alors qu’une déprivation de sommeil perturbe le contrôle émotionnel, y compris chez des sujets habituellement normaux, indiquant un lien fort entre perte de sommeil et troubles psychologiques.

Au cours de l’étude, les scientifiques ont recruté 44 jeunes hommes et les ont soumis à une rigoureuse épreuve de mémorisation afin d’imposer de nouvelles informations à l’hypothalamus. Le groupe a alors été divisé en 2 groupes. Le premier a eu droit à une sieste de 9à minutes et l’autre moitié devait rester éveillé. Le soir, tous les groupes ont de nouveau suivi une phase d’apprentissage. La capacité de mémorisation s’est altérée pour ceux qui étaient restés éveillés, alors qu’elle s’est améliorée pour ceux qui avaient fait une sieste, comme si cette sieste leur avait permis de rafraichir leur savoir.

Les analyses des électroencéphalogrammes qui ont mesuré l’activité cérébrales des participants ayant eu droit à une sieste ont montré que plus les vagues d’ondes produite au cours du sommeil étaient importantes, plus les participants avait mémorisé leur savoir. Nous n’avons donc pas uniquement besoin de sommeil après une phase d’apprentissage pour consolider ce que nous avons appris, mais aussi pour pouvoir absorber de nouvelles informations le lendemain.

Source

Wake deterioration and sleep restoration of human learning
Bryce A. Mander, Sangeetha Santhanam, Jared M. Saletin, Matthew P. Walker
Current Biology, 2011; 21 (5): R183

Crédit Photo, Gustave Courbet, Le sommeil

Articles sur le même sujet