lundi 5 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Un nouveau virus mortel pour l’homme découvert en Chine

Zones géographiques où le virus inconnu a été isolé (rouge)

Il y a 5 ans, en juin 2009, de nombreux fermiers des régions du Hubei et du Henan situées au nord-est de la Chine, ont brutalement succombé à un mal mystérieux : Ils présentaient une forte fièvre, des désordres gastro-intestinaux une baisse des plaquettes et 30% mourraient. Le premier patient était un  fermier de 42 ans, il avait une fièvre supérieure à 39°, une congestion conjonctivale, une diarrhée, des douleurs abdominales, des plaquettes basses, du sang et des protéines dans les urines. Une altération rapide du fonctionnement du foie et des reins précipitaient le décès, L’organisme chinois du contrôle des maladies arrivé sur place, diagnostiqua, une anaplasmose humaine, une infection transmise par des tiques et provoquée par Anaplasma phagocytophilum, une bactérie intracellulaire qui infecte les cellules circulantes du sang (monocytes, polynucléaires, plaquettes). D’ailleurs 95% des patients présentaient une baisse des plaquettes et 86% une baisse des globules blancs. Ce diagnostic a été posé sans qu’aucun ADN de la bactérie ni aucun anticorps ne soient identifiés.

Le premier doute apparu lorsqu’un scientifique après avoir filtré le sérum d’un patient malade avec un filtre empêchant le passage des bactéries, constata que le filtrat était capable de tuer des cellules. Un virus inconnu fut ensuite isolé du sang d’un patient. En mars 2010, de nouveaux patients furent atteints par la même maladie. Des prélèvements de sang furent de nouveaux effectués : 11 fois le virus inconnu fut de nouveau isolé. Le virus était sphérique et mesurait 80 à 100 nm de diamètre. Il fut retrouvé dans le sang de 171 des 241 patients suspects d’être atteints en 2009, et sur 148 des 154 patients atteints en 2010.

L’analyse phylogénétique confirma la thèse d’un nouveau virus, son code génétique ne correspondait à rien de connu. Il avait cependant quelques similarités génétiques qui permirent de le classer parmi le genre Phlebovirus, appartenant à la famille des Bunyavirus, affilié au hantavirus, capable de provoquer de dramatiques fièvres hémorragiques ainsi qu’aux virus de la fièvre de la vallée du Rift, un virus sévissant en Afrique.

Mais comment ces hommes avaient-ils été infectés? Les malades avaient entre 39 et 83 ans, 75% avaient plus de 50 ans. Des 154 patients identifiés en 2010, 56% étaient des femmes et 97% travaillaient dans des fermes et dans des champs. Les enquêtes menées aux domiciles des patients retrouvèrent des moustiques et des tiques. 5900 moustiques furent capturés. Aucun ne contenaient le virus. En revanche, fut identifié sur 10 des 186 tiques (Haemaphysalis longicornis) prélevées sur des animaux domestiques des fermes, un virus très proche de ceux des patients mais pas totalement identiques.

Il est probable que ce virus existe en Chines depuis des années sans jamais avait été identifié. La plupart des phlebovirus sont transmis par des piqures de moustiques ou alors à leur descendance par contamination trans-ovarienne. Il est probable que les tiques soient le vecteur de l’infection. Il n’est pas établi pour l’instant que la maladie puisse se transmettre d’humain à humain. Les recherches doivent se poursuivre pour évaluer la diffusion géographique de la maladie.

Source

Fever with Thrombocytopenia Associated with a Novel Bunyavirus in China
Xue-Jie Yu, Mi-Fang Liang, Shou-Yin Zhang, Yan Liu, Jian-Dong Li, Yu-Lan Sun, Lihong Zhang M.D., Quan-Fu Zhang, Vsevolod L. Popov, Chuan Li, Jing Qu, Qun Li, Yan-Ping Zhang, Rong Hai, Wei Wu, Qin Wang, Fa-Xian Zhan, Xian-Jun Wang, Biao Kan, Shi-Wen Wang, Kang-Lin Wan, Huai-Qi Jing, Jin-Xin Lu, Wen-Wu Yin, Hang Zhou, Xu-Hua Guan, Jia-Fa Liu, Zhen-Qiang Bi, Guo-Hua Liu, Jun Ren, Hua Wang, Zhuo Zhao, Jing-Dong Song, Jin-Rong He, Tao Wan, Jing-Shan Zhang, Xiu-Ping Fu, Li-Na Sun, Xiao-Ping Dong, Zi-Jian Feng, Wei-Zhong Yang, Tao Hong, Yu Zhang, David H. Walker, Yu Wang, De-Xin Li
New England Journal of Medicine, 2011; : 110316140320097 DOI: 10.1056/NEJMoa1010095

Articles sur le même sujet