dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le vaccin contre la grippe H1N1 Pandemrix : Les cas de narcolepsie 4 fois plus élevés en France

L’Affsaps dans un communiqué diffusé le 4 avril 2011, reconnaît finalement (sans l’écrire, ni le formuler de la sorte) que le risque de narcolepsie est 4 fois supérieur chez les enfants et adolescents âgés de 10 à 15 ans, ayant reçu le Pandemrix, un vaccin contre la grippe H1N1, recommandé lors de la pseudo pandémie de 2009. Des millions de français avaient alors été appellés à la vaccination par la ministre de la santé Roselyne Bachelot, pour contrer un risque viral qui apparut finalement totalement surévalué.

Parmi les enfants de 10-15 ans, 9 enfants ont été atteint de narcolepsie sur les 670.000 adolescents vaccinés avec Pandemrix*, un chiffre que l’Afssaps ne considère que “légèrement supérieur” aux 2,1 cas de narcolepsie attendus. Mais au total, ce sont 25 cas de narcolepsie, dont 20 avec cataplexie, qui ont été rapportés chez les 5,7 millions de personnes vaccinées avec 2 types de vaccins, Pandemrix (23 cas chez 4,1 millions de vaccinés) et Panenza (2 cas chez1,6 million vaccinés). Toutes les victimes sont des enfants ou des adolescents.

Après la Finlande et la Suède, la France reconnaît enfin le risque d’augmentation des cas de narcolepsie sous Pandemrix, bien qu’elle continue à affirmer qu”Il s’agit d’un signal faible”. Le risque de narcolepsie est environ de 1 cas pour 100 000 personnes parmi des population non vaccinés. La suède a retrouvé 4 cas pour 100 000 personnes vaccinés, soit une multiplication par 4 du risque.

L’Afssaps émet ensuite l’hypothèse selon laquelle peu de cas auraient été ignorés et qu’il y a peu de chance qu’une personne développe maintenant, soit 2 ans plus tard, une narcolepsie.

Au total, en Europe, les vaccins de la grippe H1N1 dont essentiellement le Pandemrix, ont fait 200 victimes, uniquement pour la narcolepsie. Quelle sera la réaction du ministère de la santé ? Et de l’agence Européene du médicament? Pour l’Afssaps, on la connaît, en prenant l’ensemble de tous les vaccins et de tous les vaccinés toutes tranches d’âge confondus, on noie statistiquement le poisson et on déclare fièrement « l’analyse globale des 25 cas toutes tranches d’âge et tous types de vaccin confondus n’a pas mis en évidence un excès de cas par rapport à celui attendu dans la population générale hors vaccination ». Encore une fois, se pose la question de l’information des patients lorsque leur est proposée, assez fermement souvent, une vaccination sans expliquer les risques encourus et/ou les bénéfices attendus. L’Afssaps écrit bien dans son communiqué que le nombre de narcolepsies sous pandemrix est supérieur aux 2,1 narcolepties attendues pour 100 000 vaccinés ; elle savaient donc que 2 enfants ou adolescents sur 100 000 allaient devenir cataleptiques suite à l’injection d’un vaccin ; combien de parents ont été prévenus de ce risque pour leur enfant ? Comment peut-on espérer  générer la confiance quand en agissant de la sorte ?

Vus pouvez lire le bilan des effets secondaires publié su la même page. On regrettera que le nombre d’effets secondaires survenus chez les vaccinés ne soit pas comparé à une population comparable de personnes non vaccinés, afin que l’existence d’un risque ou l’absence du risque puisse être compris par tous.

Source

Vaccins pandémiques grippe A(H1N1) et narcolepsie – Actualisation des données – Communiqué
04/04/2011

Articles sur le même sujet