lundi 26 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

De l’arsenic, diverses toxines et métaux lourds dans la nourriture de bébé

De petites quantités d’arsenic et diverses toxines ont été retrouvées dans plusieurs préparations, destinées à être consommées par des bébés, et vendues par de grands groupes agro-alimentaires, révèle une étude suédoise publiée dans la revue The Journal of Food Chemistry. Ces aliments sont parmi les plus vendus du marché, et sont consommés par des millions d’enfants. Selon les fabricants, qui ne semblent que peu surpris de cette découverte, les quantités seraient trop faibles pour nuire à la santé des bébés.

Les fabriquant dont les produits ont été testés sont Nestlé, Holle, Hipp et Organix. Les scientifiques tirent la sonnette d’alarme démontrant que certains des aliments testés font absorber des éléments toxiques aux bébés tels que de l’arsenic, du cadmium, du plomb et de l’uranium. Les concentrations en calcium, en fer, en zinc, en manganèse et en molybdène sont nettement plus élevées dans la plupart des préparations que dans le lait maternel. Par exemple l’absorption quotidienne de manganèse est augmentée de 10 à 100 fois dans ces aliments industriels, en comparaison avec une alimentation par le lait maternel, des taux qui peuvent avoir des conséquences sur la santé de l’enfant. Un repas préparé industriellement parmi ceux testés par les scientifiques apporte plus de fer, de manganèse, de molybdène, d’arsenic, de cadmium, de plomb et d’uranium qu’un repas apporté par l’allaitement maternel, mais moins de calcium, de cuivre et de sélénium.  L’exposition au cadmium, un métal lourd toxique pour le système nerveux et les reins peut-être augmenté jusqu’à 150 fois, et l’exposition au plomb, un autre métal toxique pour le système nerveux, augmente lui l’exposition de près de huit fois, selon les mesures révélées par l’étude.

Les produits à base de riz ont en particulier une concentration alarmante en arsenic précisent les auteurs. Le riz est une alimentation très souvent utilisée par les parents dans la transition alimentaire entre le lait et les aliments solides. Le riz pour bébé d’Organix par exemple contient 2 microgrammes d’arsenic par portion, avec aussi 0,3 microgrammes de cadmium et 0,09 microgrammes de plomb. Deux repas par jour avec ce produit augmente l’exposition à l’arsenic de 50 fois par rapport à un allaitement maternel ont calculé les auteurs.

L’arsenic contaminant les céréales est certes un problème connu du fait de l’utilisation de certains pesticides. Egalement conséquence de l’industrialisation massive et des rejets toxiques dans les eaux et l’atmosphère, différents métaux lourds se retrouvent également dans l’alimentation. Toutefois les industriels devraient veiller à sélectionner leurs approvisionnements dans les zones les moins touchées par ces pollutions.

Le petit déjeuner de Hipp à la pêche et à la banane contient 1,7 microgrammes d’arsenic, 0,13 microgrammes de cadmium et 0,33 microgrammes de plomb. L riz aux céréales de Holle contient 7,3 microgrammes d’arsenic par portion, le taux le plus élevé retrouvé dans l’étude, avec 0,38 microgrammes de cadmium et 0,26 microgrammes de plomb.

L’auteur principale de l’étude, le Dr Karin Ljung reconnait que les taux de produits toxiques ne dépassent pas les limites actuellement fixées mais elle insiste néanmoins sur le fait que ces niveaux devraient être revus afin de protéger les enfants. C’est d’ailleurs ce que répond la firme Hipp à cette publication, que les taux d’arsenic et de cadmium sont en dessous de la limite légale. Organix fait de même, tout comme Nestlé. Seulement, vous, le saviez-vous?

Les bébés, du fait de leur croissance rapide sont particulièrement sensibles à ces toxiques. L’Union Européenne, suite à une recommandation de l’EFSA, préparerait une revue de ces toxiques afin d’évaluer s’il faut réduire les valeurs tolérées de ces toxiques dans les aliments pour bébés.

Source

High concentrations of essential and toxic elements in infant formula and infant foods – A matter of concern
Karin Ljungnext term, Brita Palm, Margaretha Grandér, Marie Vahter
Food Chemistry Volume 127, Issue 3, 1 August 2011, Pages 943-951

Crédit Photo Creative Commons by mightyb

Articles sur le même sujet