Le café en capsule double la quantité de furane ingéré, un cancérigène pour le foie

Le café fait à l’aide de capsules contient plus de furane, un cancérigène, que le café fait à l’aide d’une cafetière classique montre une étude réalisée par des scientifiques espagnols de l’université de Barcelone.

Le furane est une substance organique volatile et lipophile, et est utilisé comme produit intermédiaire dans l’industrie chimique, notamment comme solvant pour les résines, lors de la production de laques, et comme agglomérant dans la fonderie. Le furane est également présent dans un large éventail de denrées alimentaires, telles que le café, le pain, la bière, les plats préparés, les sauces et soupes, et en particulier dans les aliments emballés dans des conserves ou des bocaux, parmi lesquels les aliments pour bébés et différentes sortes de légumes. Un rapport de l’EFSA est paru récemment avec des résultats recueillis entre 2004 et 2009 dans 14 Etats membres (EFSA, 2009). La moyenne de la teneur en furane variait de 6 μg/kg pour la bière et le jus de fruits à 2272 μg/kg pour les grains de café torréfiés. La toxicité du furane concerne en premier lieu le foie après ingestion par voie orale. L’exposition au furane provoque chez les animaux de laboratoire des leucémies mononucléaires (rats), des cholangiocarcinomes (rats) et des adénomes/carcinomes hépatocellulaires (rats et souris). Le furane est probablement également cancérogène pour l’homme, et ce sans doute par le biais d’un mécanisme génotoxique. Cependant, une toxicité chronique avec prolifération cellulaire secondaire pourrait indirectement accélérer la réaction tumorale (EFSA, 2004). Le café contribuerait le plus à l’exposition des adultes via l’alimentation (Morehouse et al., 2008)

L’évaluation de la toxicité du furane est encore incomplète. Il n’y a pas de données disponibles quant à sa toxicité au niveau de la reproduction et du développement. Il n’existe pas non plus d’études menées chez l’homme (EFSA, 2004).

L’étude publiée dans la revue Journal Food Chemistry, révèle que la teneur en furane retrouvée dans un expresso  (43‐146 nanograms/mililitre)  est sensiblement supérieure à celle retrouvée dans un café réalisé à l’aide d’une cafetière classique à partir de café moulu, qu’il s’agisse de café normalement caféiné (20‐78 ng/ml) ou décaféiné (14‐65 ng/ml).

Mais, les scientifiques retrouvent des taux de furane 2 fois plus élevés dans les cafés réalisés avec des capsules (117‐244 ng/ml). En fait, ce taux de furane élevé est lié au fait que les capsules, hermétiquement fermées, empêchent l’évaporation du furane lorsque le café entre en contact avec l’eau chaude à haute pression. Plus le temps de passage du café  et son exposition à l’air sont prolongés, plus le furane a le temps de s’évaporer, ce qui n’est pas le cas lors de l’utilisation des capsules.

Cependant, selon les scientifiques, la quantité ingérée de furane ne serait pas toxique pour l’organisme. Pour atteindre le niveau de toxicité, il faudrait consommer 20 cafés réalisés à partir de capsules ou 30 expressos. Notons pourtant, que selon l’EFSA, du fait que la cancérogénicité induite par le furane est probablement la conséquence d’un mécanisme génotoxique (action directe sur les gènes des cellules), aucune valeur seuil ne peut être établie pour le furane (EFSA, 2004).

Source

Occurrence of furan in coffee from Spanish market: Contribution of brewing and roas
M.S. Altaki, F.J. Santos, M.T. Galceran
Food Chemistry, 2011; 126 (4): 1527

Crédit Photo Creative Commons by Joe Shlabotnik

17 thoughts on “Le café en capsule double la quantité de furane ingéré, un cancérigène pour le foie

  1. Bonjour,
    que pouvons-nous boire et manger sans danger pour notre santé??????

    Si meme dans les aliments pour bébé on en trouve??

    Comme dans toute chose restons dans une bonne mesure et vivons en paix….avec ou sans furane ou autre chose….salut!

  2. C’est bien connu, on creuse sa tombe avec la fourchette ! Mais si l’on se prive de tout ce qui est bon, la vie ne serait plus aussi belle que ce qu’elle est ! Alors bon appétit et…. bonne dégustation de café Nespresso !

  3. Un café fin, de spécialité, gourmet ou comme on veuille bien l’appeler
    est: traçabilité: précise jusqu’au terroir
    commerce directe: car il garantie la soutenabilité
    et  » retro-olfaction » car nous avons un voyant qui s’allume dans notre cerveau pour nous dire ce qui est enregistrable dans la mémoire.

  4. Je commence à en avoir assez que l’on nous dégoutte de tout, il faudrait que les têtes pensantes étudient les chose avant de les autoriser sur le marché, quand le mal est fait, il est un peu tard

  5. de toute façon tout ce que l’on mange est cancérigéne même les boissons mais il faut bien manger et boire

  6. Assez de ces commentaires nauséabonds et de ces études tendancieuses qui convergent vers l’objectif inavoué de casser un succès avéré. Nespresso est un modèle de marketing BtoC et il faut lui rendre cela. Pour le reste, je n’ai pas d’action chez Nestlé (malheureusement…) et s’il est valablement prouvé qu’un produit est mauvais pour la santé, arrêtons-le ! Si c’est juste une question de quantité, c’est comme tout le reste : si vous mangez 2 kg de viande rouge tous les jours, vous n’irez pas loin dans la vie. Si vous en mangez 200 g tous les 3 jours, cela n’affectera sans doute pas votre équilibre général. Ainsi pour le café, pour l’alcool, et pour le tabac ! Quoi de neuf sous le soleil ?

  7. Bonjour je suppose aussi que pour les capsules en alu et bien certainement que lors de la perforation de ces dernières on ingère une petite quantité d’aluminium peu être mesuré en micron mais au microscope et aussi après analyse il serai aussi intéressent de mesurer tout ça
    Un consommateur qui nous veut du bien.

  8. De toute façon tous les cafés des grandes sont dans des contenant en alu, y compris les chips, les plats cuisinés et beaucoup d’autres produits. Alors arretez l’intox, sinon je vais penser qu’elle provient de la concurrance à Nespresso.

  9. Vaste connerie de quelques individus en mal de reconnaissance :

    on peut consommer de tout, mais en quantité raisonnable.
    personnellement je ne fais pas cas de tout ce qu’on peut lire ou entendre dans les medias bienveillants pour . . . ( leur business ! ).
    je mange et je bois pour mon plaisir, sans excès depuis toujours, et n’accuse aucune maladie, au grand dam du corps medical qui ne me voit que tous les 2 ans pour un simple bilan de santé !

    Arrêtons de vouloir nous culpabiliser pour tout et n’importe quoi. Il y a des sujets beaucoup plus grave a traiter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *