samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Greffe pulmonaire : les poumons continuent à respirer avant la greffe

La greffe pulmonaire peut saver la vie de patients dont les poumons sont sévèrement atteints par une pathologie sévère. Cependant le nombre de patients qui attendent une telle greffe est largement supérieur au nombre de poumons à greffer. Une des raison de ce manque de poumons à greffer est que moins de 15% des poumons qui pourraient être prélevés sur des personnes décédés sont utilisés pour une transplantation, les autres étant considérés comme inutilisables du fait des lésions pulmonaires se développant rapidement après la mort cérébrale ou du fait des complications se développant au cours d’un passage en soin intensif, oedême pulmonaire, barotraumatisme, etc. De nombreux centre de transplantation n’utilise pas les poumons d’un donneur dont le coeur a cessé de battre.

Une nouvelle méthode a donc été développée, La Perfusion Pulmonaire Ex-Vivo (PPEV). Les poumons sont perfusés avec un liquide à température corporelle (37°) et ventilés par raccordement à un appareil de ventilation artificielle, juste après leur récupération sur un donneur et pendant la durée d’attente avant la greffe. Les poumons peuvent ainsi rester en bon état pendant au moins 12 heures.

Des scientifiques canadiens ont évalué cette technique en utilisant, chez des personnes décédés, des poumons considérés à haut risque, ce qui aurait pu empêcher de tenter de les transplanter avec une autre technique que la PPEV. Son efficacité a été mesurée en la comparant avec une technique de transplantation différente.

Vingts poumons sauvés avec cette technique de la PPEV ont été transplantés. L’efficacité de la technique a été confirmé avec un taux d’echec de 15%, non significativement différent des autres techniques de transplantation.

Il est donc dorénavant démontré que cette technique de La Perfusion Pulmonaire Ex-Vivo permet d’utiliser pour un greffe, des poumons qui sans cette technique ne l’auraient pas été. C’est une chance supplémentaire qui s’offre aux patient en attente de greffe pulmonaire.

Source

Normothermic Ex Vivo Lung Perfusion in Clinical Lung Transplantation
Marcelo Cypel, M.D., Jonathan C. Yeung, M.D., Mingyao Liu, M.D., Masaki Anraku, M.D., Fengshi Chen, M.D., Ph.D., Wojtek Karolak, M.D., Masaaki Sato, M.D., Ph.D., Jane Laratta, R.N., Sassan Azad, C.R.A., Mindy Madonik, C.C.P., Chung-Wai Chow, M.D., Cecilia Chaparro, M.D., Michael Hutcheon, M.D., Lianne G. Singer, M.D., Arthur S. Slutsky, M.D., Kazuhiro Yasufuku, M.D., Ph.D., Marc de Perrot, M.D., Andrew F. Pierre, M.D., Thomas K. Waddell, M.D., Ph.D., and Shaf Keshavjee, M.D
N Engl J Med 2011; 364:1431-1440 April 14, 2011

Crédit Photo graphique NEJM

Articles sur le même sujet