dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age : un traitement aussi efficace et 60 fois moins cher

En 2005, des études clinique montraient l’intérêt du ranibizumab (Lucentis) dans le traitement de forme exsudative de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge), une maladie ophtalmologique créant des néo-vaisseaux au niveau de la rétine, et pouvant aboutir à la cécité. C’est aujourd’hui la première cause de cécité dans les pays développés dont la France où elle touche 1 million de personnes. Ce médicament, un anticorps monoclonal (anti-VEGF) reçu une autorisation de mise sur le marché en 2006 aux Etats-Unis et en 2007 en France.

Cependant le ranibizumab n’est qu’un fragment d’un autre anticorps monoclonal également commercialisé, le bevacizumab, utilisé en cancérologie (Avastin), et de nombreux ophtalmologistes ont commencé à utiliser le bevacizumab (Avastin) dans la DMLA, en particulier parce qu’il coutait beaucoup moins cher, alors même qu’aucune étude n’avait été réalisé avec lui dans cette indication ophtalmologique.

Un groupe d’ophtalmologistes américains ont donc décidé de comparer les deux traitements dans la DMLA. 1208 patients souffrant de DMLA ont été recrutés et ont reçu l’un ou l’autre des deux traitementx.

L’amélioration sous traitement s’est faite principalement au cours des 6 premiers mois. A 1 an, le bevacizumab s’est montré aussi efficace que le ranibizumab pour améliorer l’acuité visuelle des patients, que les médicaments soient administrés de manière mensuelle ou  en fonction des besoins.

En revanche les coûts de traitements étaient très différents : Si un an de traitement par le ranibizumabs était de 23,400$ lorsqu’il était prescrit chaque mois et de 13,800$ lorsqu’il était prescrit en fonction des besoins, le coût de traitement du bevacizumab était  595$ lorsqu’il était prescrit chaque mois et de 385$ lorsqu’il était prescrit en fonction des besoins, soit pour une efficacité équivalente, une réduction du coût par un facteur 60.

Il n’y avait pas de différence significative de mortalité entre les deux groupes, ni de différence en termes de thromboses artérielles. Cependant, les thromboses veineuses ont été plus nombreuses chez les patients traités avec le bevacizumab et au total un plus grand nombre de patients (24,1%) ont subi des effets secondaires conciférés comme sérieux avec ce traitement en comparaison avec ceux ayant reçu le ranibizumab (19%).

Actuellement, le bevacizumab n’a pas l’indication dans le traitement de la DMLA, ni aux Etats-Unis, ni en Europe.

Source

Ranibizumab and Bevacizumab for Neovascular Age-Related Macular Degeneration
The CATT Research Group
NEJM April 28, 2011

Crédit Photo wikipédia : http://www.nei.nih.gov/photo/sims/index.asp

Articles sur le même sujet