lundi 5 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les infarctus les plus dangereux surviennent le lundi matin entre 6 heures et 9 heures

Les infarctus du myocarde qui surviennent le matin, entre 6 heures et 9 heures sont beaucoup plus dangereux que ceux survenant à un autre moment de la journée montre une étude menée par des cardiologues espagnols et publiée dans la revue de cardiologie Heart.

Un infarctus survient lorsqu’une des artères irrigant le muscle cardiaque, se bouge brutalement, souvent à cause du détachement d’une petite parcelle de plaque d’athérome qui obstrue la lumière de l’artère, empêchant le sang d’arriver au cœur.

L’horloge biologique interne qui régule les processus biologiques et physiologiques chez l’être humain jouerait donc un rôle déterminant dans la gravité d’un infarctus aigu du cœur. Cette horloge biologique influence par exemple le moment de relargage d’hormones dans la circulation, nous permettant de nous endormir la nuit et de nous réveiller le matin. Cette horloge régule également les cycles de variations de la pression artérielle qui se réduit la nuit et commence à remonter au petit matin. Ainsi, il avait déjà été montré que le nombre d’évènement cardiovasculaires, tel qu’un infarctus du cœur ou un accident vasculaire cérébral sont plus fréquentes entre 4 heure et 10 heures du matin. Mais récemment, des études chez l’animal avaient non seulement confirmé la plus grande fréquence de survenue d’infarctus aux heures précoces de la journée mais laissaient également supposer que les infarctus survenant tôt étaient plus grave, avec une ischémie et une nécrose plus large du muscle cardiaque. Cette seconde conséquence n’avait jamais été identifiée chez l’homme.

Des cardiologues espagnols du centre de recherche cardiovasculaire de Madrid, ont donc étudié 811 patients, hospitalisés pour un infarctus du myocarde. Ils ont évalué la taille de la nécrose du muscle cardiaque par des dosages enzymatiques (créatine kinase, troponine), puis corrélé ces résultats à l’heure de survenue de l’infarctus du myocarde. La journée a été divisée en 4 périodes de 6 heures, en harmonie avec le rythme de l’horloge biologique interne.

Ils retrouvent que la gravité de la nécrose cardiaque lors de la survenue d’un infarctus est maximale entre 6 heures et 9 heures, mais minimale entre 9 heures du matin et 18 heures le soir. Entre 6 heures et 9 heures, les pics d’enzymes cardiaques sont plus élevés de 18% pour la créatine kinase et de 24% pour la troponine en comparaison avec la tranche horaire 18 heures-minuit.

La cause de ce phénomène serait à rattacher, selon les auteurs,  à l’augmentation de la tension artérielle, et à l’augmentation des niveaux hormonaux lorsqu’un individu se réveille. Les analyses montrent également que le lundi est le jour le plus à risque.

En cas de survenue d’une douleur thoracique, localisée plutôt à gauche de la poitrine, irradiante, persistante, donnant l’impression qu’une poigne enserre le coeur, il est donc urgent d’appeler les secours car chaque instant compte pour une intervention cardiologique en urgence.

Source

Circadian variations of infract size in acute myocardial infarction
Aida Suárez-Barrientos, Pedro López-Romero2,David Vivas Francisco Castro-Ferreira Ivan Núñez-Gil Eduardo Franco Borja Ruiz-Mateo Juan Carlos García-Rubira Antonio Fernández-Ortiz Carlos Macaya Borja Ibanez
Heart. 27th April 2011.

Crédit Photo Creative Commons by j l t

Articles sur le même sujet