samedi 1 octobre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les pharmacies sur internet provoquent une augmentation des intoxications aux médicaments psychotropes

L’augmentation inquiétante des abus de médicaments délivrés sur ordonnance apparait lié à l’accès à internet et au nombre de pharmacies online écrit un article publié dans la revue Health Affairs, par des médecins de l’université de Californie du Sud.

Entre 1999 et 2003, le business du médicament online est passé de 160 millions de dollars à 3,2 milliards. Et même si dans certains cas, des patients ont pu obtenir des médicaments à meilleur marché, il devient inquiétant de constater que des médicaments habituellement accessibles par prescription médicale y sont vendus sans aucun contrôle. Plusieurs études ont montré une corrélation entre les hospitalisation pour intoxication médicamenteuses et ce libre accès aux produits pharmaceutiques avec par exemple une multiplication par 5 du nombre d’intoxications par antalgiques entre 1997 et 2007 aux Etats-Unis. Et même si certaines pharmacies on-line ne délivrent des médicaments de prescriptions qu’avec une prescription, de plus en plus de pharmacies illégales ne réclamant aucune prescription, apparaissent sur la toile. Sur 581 pharmacies sur internet analysées par le centre de la dépendance et des abus médicamenteux de l’université de Colombia en 2007, seulement 2 étaient autorisées, et 85% ne réclamaient aucune prescription médicale et si les 15% restant demandaient une prescription par fax avant une délivrance, la même prescription pouvait être utilisée de manière répétée.

En 2008, aux Etats Unis une loi, la Ryan Act, du nom d’un jeune homme de 18 an décédé après une intoxication par abus de narcotiques délivré online, a interdit la délivrance  de médicaments de prescriptions par internet. Mais en 2009, la FDA, l’agence du médicament américain a adressé un courrier à 100 sites qui poursuivaient la délivrance malgré cette loi, y compris de médicaments non enregistrés à l’époque comme le médicament pour maigrir, Acomplia.

Les chercheurs de l’université ont voulu évaluer la situation actuelle sur les liens entre la pénétration dans les foyers d’un accès à l’internet rapide et l’abus de substances narcotiques : antalgiques narcotiques (dérivés de l’opium), anxiolytiques (par exemple les benzodiazépines), somnifères, et stimulants (amphétamines).

Entre 2000 et 2007, un accès haut débit à internet est passé de 2000 pour 100 000 habitants à plus de 24 000. En parallèle, les hospitalisations pour intoxications médicamenteuses par médicaments narcotiques ont été multipliées par 184%, par 62% pour les intoxications par benzodiazépines, par 49% pour les amphétamines et par 16% pour les somnifères hypnotiques. Pour chaque augmentation de 10% des accès internet à haut débit, le taux d’hospitalisations pour intoxication par les  opiacés, les amphétamines et les somnifères hypnotiques augmente de 1%. A titre de comparaison, sur la même période, les hospitalisations pour intoxication à l’alcool, à l’héroïne ou à la cocaïne ne sont pas modifiées par l’augmentation des accès à l’internet à haut débit.

Des efforts doivent donc être réalisés par les autorités sanitaires pour fermer les pharmacies illégales sur internet, même si ces actions sont délicates puisque de nombreuses pharmacies online sont basées dans des pays étrangers, d’où les médicaments commandés sont envoyés par la poste.

Source

Growing Internet Use May Help Explain The Rise In Prescription Drug Abuse In The United States
Anupam B. Jena1 and Dana P. Goldman
Health Affairs 10.1377/hlthaff.2011.0155

Articles sur le même sujet