mercredi 28 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Rééduquer son coeur double les chances de survie après une angioplastie coronaire

Les patients coronariens qui subissent une angioplastie coronaire, avec ou sans pose de stent ont une plus grande chance de survie s’ils bénéficient à la suite d’une rééducation cardiaque en centre spécialisé, démontre une étude de la Mayo clinique, publiée dans l’une des revue de cardiologie les plus renommée, Circulation.

Ce type d’intervention invasive, l’angioplastie, est pratiquée par les cardiologues pour améliorer le passage de sang dans les artères coronaires, les petites artères qui irriguent le cœur et y apporte l’oxygène nécessaire à son fonctionnement. Les angioplasties sont réalisées chez des patients dont les artères sont obstruées par un dépôt progressif de cholestérol. C’est en gonflant un ballonnet au cœur de l’artère dont la lumière est réduite que l’on espère réduire le blocage. Des stents, des petits ressorts métalliques, peuvent être posés en complément à l’intérieur de l’artère afin d’éviter que l’artère coronaire réouverte lors de l’angioplastie ne se rebouche. Pratiquée en dehors de toute indication d’urgence, les angioplasties n’apportent pas de bénéfice en terme de survie aux patients et ne sont pas plus efficace qu’un traitement par médicaments.

La rééducation cardiaque est réalisée en centre spécialisé de cardiologie où les patients réapprennent progressivement à faire des efforts physiques. S’y associe un réapprentissage d’une alimentation saine, une aide à l’arrêt du tabac, et un contrôle du poids. De nombreuses études ont déjà montré les bénéfices de la rééducation cardiaque après un infarctus du myocarde où elle allonge la durée de survie des patients. Pourtant ce bénéfice de la rééducation cardiaque n’avait jusqu’alors pas été totalement étudié après une simple angioplastie réalisée chez des patients coronariens stables

Les scientifiques ont réalisé une étude à postériori de données collectées dans un registre de 2351 patients qui avaient subi une angioplastie entre 1994 et 2008. La durée de suivi des patients est en moyenne de 6,3 années. Au cours de ce suivi, 503 patients sot décédés, dont 199 de cause cardiaque, 394 ont fait un infarctus du myocarde et 755 ont eu besoin d’une nouvelle angioplastie

964 patients (40%) sur les 2395 ont bénéficié d’une rééducation cardiaque. La comparaison de la survie entre les deux groupes de patients montre que ceux qui ont suivi le programme de rééducation cardiaque bénéficie d’une réduction de 46% de la mortalité. Les bénéfices se retrouvent à la fois chez les hommes et chez les femmes. En revanche, le risque de survenue d’un infarctus ou de la nécessité d’une nouvelle angioplastie n’était pas différent entre les deux groupes. Les scientifiques ont tenu compte des facteurs qui pouvaient influencer cette survie, tels que le taux de cholestérol, l’histoire familiale, le tabagisme, l’existence d’une obésité, etc.

Cette étude démontre l’intérêt vital d’une rééducation cardiaque après une angioplastie chez les patients coronariens stables afin de doubler les chances de survie en seulement 6 années. Très peu de patients bénéficient actuellement de cette rééducation cardiaque après une angioplastie et e nombre de centres spécialisés et de places dans ces centres restent limités.

 

Source

Impact of cardiac rehabilitation on mortality and cardiovascular event
Kashish Goel, MBBS; Ryan J. Lennon, MS; R. Thomas Tilbury, MD; Ray W. Squires, PhD Randal J. Thomas, MD, MS
Circulation 2011; DOI: 10.1161/CIRCULATIONAHA.110.983536.

En exemple, site internet d’un centre de rééducation cardiaque (photo)

Articles sur le même sujet